Critique : No Pain No Gain de Mcihael Bay avec Mark Wahlberg, Dwayne Johnson

No pain No gainSynopsis : À Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve… Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et… lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux. Interdit aux moins de 12 ans. En salles le 11 septembre 2013. Vu en VOSTFR.

Peu de personnes ont prêté attention à ce fait divers américain en provenance de Floride, surtout en France, dans les années 90. 3 copains culturistes décident de kidnapper le client aisé de celui qui est coach sportif dans un centre de fitness afin de lui prendre toutes ses richesses, malheureusement tout tourne plutôt très mal…Notamment à cause de leur QI qui ne dépasse pas vraiment celui d’une poule et à leur soif avide d’argent…
Michael Bay revient aux sources de Bad Boys, avec une réalisation qui n’est pas sur-vitaminée mais gonflée aux stéroïdes comme ses protagonistes, ce qui, si bien sûr accompagne et illustre le scénario, devient à la longue un peu pénible…On est content que le film prend fin, notre tête est comme un punching-ball et notre cerveau est H.S…Devant tant de bêtises et de mauvaises décisions…Au fur et à mesure que l’histoire avance, vous vous direz souvent « C’est pas vrai, nan ils n’ont pas fait ça » et une voix off vous rappellera que si…Ce qui au final est également lourd.
On comprend bien que Michael Bay écrase le rêve américain à coup de 4X4 mais il taille plus qu’un costard au culte(turisme) de l’apparence, de l’image et du gain à tout prix. Par ici la monnaie, la villa, la drogue, les bagnoles de luxe et tout le tralala…Les 3 acteurs sont au top et c’est vraiment le point positif du film. Mark Wahlberg et ses bras de Marky Mark, nous démontre encore ces talents, en toutes circonstances à la tête de ce gang amateur. Quant à Dwayne Johnson « The Rock » on en oublie qu’il était catcheur…Non pas par son physique mais par la manière dont il interprète son personnage d’illuminé (ex) drogué, plutôt simplet, il reste le plus drôle et le plus crédible dans son jeu ! Anthony Mackie plus en retrait mais finalement tout aussi important que les autres seconds rôles comme celui d’Ed Harris ou du kidnappé Tony Shalhoub ne sont pas à oublier.

En résumé, le réalisateur, généralement habitué aux blockbusters, nous livre là un film d’action sans effets spéciaux, à l’humour noir, qui forcément nous fait penser aux frères Coen ou à certains films de Tarantino, niveau scénario, sauf que celui-ci est véridique. Malheureusement je n’ai pas accroché à 100%, face à autant de stupidité et de situations plus que cocasses et WTF que les autres, j’aurais aimé plus rigoler… Oui la réalisation est là pour nous immerger dans l’histoire, les acteurs sont excellents mais ma tête a fini vidée au bout de plus de 2 heures, c’était certainement trop face à autant de testostérone, de ralentis, de tchatche ou de moments de panique voire (très) saignants…, Du coup je ne suis pas autant amusée que je l’aurais souhaité, je pense que je n’ai pas assez accroché à l’histoire… Après tout au lieu de (no) pain, (no) gain je suis peut-être plutôt Work Hard, Play Hard et sans amphétamines…No pain, no gain c’est un vrai film de mecs musclé(s) mais surtout une vraie comédie dramatique !


NO PAIN NO GAIN – bande-annonce VOST par Paramount_Pictures_France

Avis Vidéo – Otez-moi d’un doute
Avis Vidéo – Seven Sisters de Tommy Wirkola avec Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe
Mon Top Ciné ou les films que j’ai préférés en 2017
Critique du film : Downsizing d’Alexander Payne avec Matt Damon, Christoph Waltz, Hong Chau
VOD – All You Need is Me, la nouvelle série Rock’N Roll disponible sur Studio +
Terminé – Gagnez des DVD de la comédie romantique Amour à New-York !

No Comments

Leave a Comment.

La planètes des singes : Suprématie