Critique : Date limite de Todd Philips

Synopsis : Cinq jours séparent Peter Highman du jour où il sera père pour la première fois, au terme de la grossesse de sa femme. Tandis qu’il se dépêche de prendre un vol d’Atlanta pour être à ses côtés pour la naissance, ses meilleures intentions s’en vont à vau-l’eau. Une rencontre fortuite avec Ethan Tremblay, un acteur en quête de reconnaissance, force Peter à faire de l’autostop dans une virée qui va le mener à travers le pays, détruisant au passage plusieurs voitures, de nombreuses amitiés et sa dernière résistance. Sortie en salles le 10 novembre.

Avant tout, je tiens à préciser que je ne suis pas vraiment fan de ce genre de comédie bien américaine et d’ailleurs je n’ai (pas encore) vu Very Bad Trip (The Hangover) du même réalisateur…Je suis donc allée voir ce film avec un petit a priori négatif et finalement c’était beaucoup mieux que ce que je pensais. J’ai eu du mal à rentrer dans le film lors du premier quart d’heure avec des dialogues qui fusent un peu lourd et un jeu un peu excessif de la part des 2 acteurs dont l’un m’était encore inconnu puisque rendu célèbre grâce à l’autre road movie du même réalisateur à savoir Zach Galifianakis. Donc Date Limite, c’est l’histoire de 2 hommes que tout sépare mais dont les chemins vont se croiser car ils ont le même objectif : se rendre à L.A.
Robert Downey Jr veut assister à la naissance de son fils et va donc devenir père quant à son compagnon de voyage imposé, il doit y aller pour enterrer les cendres de son père et surtout trouver un job d’acteur à Hollywood. Forcés par les événements, ils font devoir faire la route ensemble à travers les Etats-Unis et vont faire des arrêts bien particuliers et rencontrer des personnages singuliers également  interprétés par des guest stars telles que Juliette Lewis ou bien encore Jamie Foxx…C’est donc une comédie basée à la fois sur des dialogues tendus, virulents  mais aussi sur des situations plutôt loufoques où malgré tout les blagues les plus drôles sont celles qui sont les plus « méchantes », c’est d’ailleurs sur celles-ci que j’ai bien ri (niark niark)…. Les autres m’ont juste donné le sourire.
Robert Downey Junior est excellent et se met parfois en retrait par rapport à son co-équipier qui à lui seul fait le show même sans dire un mot, juste son allure est une vraie joke. A travers une visite des états du sud des US, sur des routes interminables et face à divers obstacles et quelques cascades ou autres courses poursuites à l’américaine, on accompagnera ce duo (qui en fait un trio si l’on compte le chien Sonny, petit bulldog blanc aussi particulier que son maître) avec plaisir sur une bande son qui pulse malgré une fin de film (les dernières 20 minutes) où le rythme s’essouffle et où les 2 compères changent trop brusquement d’attitude.

Rattrapage Vidéo – Spiderman: New Generation
Critique Film – Séduis moi si tu peux (Long Shot) de Jonathan Levine avec Charlize Theron, Seth Rogen
Critique Film – Nous Finirons Ensemble de Guillaume Canet avec François Cluzet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche
Critique Film – Ne Coupez Pas ! de Shin’ichirô Ueda
Rattrapage Vidéo – Casse-Noisette et les quatre royaumes
Critique Film – Simetierre avec Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow

3 Comments

  1. C'est pas plutôt le 10 la sortie ? ;)
    Bon c'est sur c'est pas LE film de l'année mais c'était tout de même distrayant (Moins que la soirée "Retour vers le lycée" mais bon… ah ah, ahem… ;D)

    Reply
  2. Perso, j'attends le film avec impatience. The Hangover avait été une belle découverte pour moi…ca faisait vraiment longtemps que je n'avais pas revu une comédie à la Big Lebowski et j'ai adoré. Merci pour la critique…le "niark niark" me semble très prometteur!

    Reply

Leave a Comment.