Critique : Des gens qui s’embrassent de Daniele Thompson avec Kad Merad, Eric Elmosnino, Monica Belucci, Lou de Laâge

Des gens qui s'embrassentSynopsis : Ça tombe mal l’enterrement de la femme de Zef pendant que Roni marie sa fille ! Cet événement inattendu aggrave les conflits entre les deux frères que tout sépare déjà : métiers, femmes, austérité religieuse de l’un, joie de vivre de l’autre, tout, à part leur vieux père au cerveau en vadrouille et leurs deux filles qui s’adorent. Entre Londres, Paris, Saint-Tropez et New York, affrontements, malentendus, trahisons, vont exploser le paysage de la famille, mais grâce à ces disputes, à ces réconciliations chaotiques, vont naître une grande histoire d’amour… et peut-être deux. Sortie en salles le 10 avril 2013. . Projection suivie d’une rencontre avec la réalisatrice.

C’est sans rien savoir ni vu la bande-annonce que je suis allée voir ce film de Daniele Thompson, fille du réalisateur Gérard Oury et de l’actrice Jacqueline Roman qui a débuté en tant que scénariste sur la Grande Vadrouille (!) et qui a donc réalisé pas mal de films dont, après vérification, Décalage horaire et la Bûche qui sont les seuls que j’avais vus et qui m’avait plutôt plus à l’époque où je ne m’intéressais pas spécialement au cinéma français. (Oui je m’y intéresse de plus en plus ^^ allez naviguer sur la rubrique « cinéma« ). Nous sommes donc dans une comédie dramatique dans une famille de confession juive animée par 2 frères dont un seulement est plus ou moins croyant mais l’autre très pratiquant qui ne mène pas du tout la même vie. Attention on est quand même loin des portraits caricaturaux de La vérité si je mens. Ils vont devoir se rapprocher, l’un (Eric Elmosnino) ayant perdu sa femme, l’autre (Kad Merad) va marier sa fille unique. Ces deux situations ne vont que confirmer l’opposition et la différence qu’il existe dans cette fratrie, malgré l’entente de leurs filles respectives, cousines mais qui s’entendent comme des soeurs jusqu’à ce que débarque l’amoureux Max Boublil…

Des gens qui s’embrassent est donc une comédie sur la famille, les liens qui unissent chaque membre mais aussi les différences de chacun, les mésententes et surtout des histoires d’amours et d’humour…Certes on ne s’esclaffe pas mais on sourit très souvent face à des comiques de situations et des dialogues bien trouvés portés par une brochette d’acteurs et d’actrices pris un peu à contre courant. Un coup de coeur pour Lou de Laâge qui illumine le film par sa présence, Monica Bellucci en italienne superficielle et le père et grand-père, ce monsieur de 90 ans, qui n’est autre que le célèbre violoniste Ivry Gitlis, dont c’est le premier rôle et dont les apparitions et les paroles sont les plus drôles.
En bref, des gens qui s’embrassent est un film choral très plaisant, qui nous fait voyager de New-York à Saint-Tropez, on regrettera juste une fin un peu expédiée et qui pour le coup manque un peu de crédibilité.

Critique Film – J’accuse avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Emmanuelle Seigner
Critique Film – Le Mans 66 (Ford v Ferrari) de James Mangold avec Matt Damon, Christian Bale
Avis Vidéo – Série The Purge Saison 1 disponible en Blu-ray et DVD
Critique Film – Hors Normes de Eric Toledano, Olivier Nakache avec Vincent Cassel, Reda Kateb
Critique Film – Terminator : Dark Fate avec Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Mackenzie Davis
Livre – Stephen King à l’écran, une rétrospective des adaptions au cinéma et à la télé

No Comments

Leave a Comment.