Critique du film : Arrêtez moi là de Gilles Bannier avec Reda Kateb, Léa Drucker, Gilles Cohen

Arrêtez moi là Adapté du roman The Cab Driver de l’auteur américain Iain Levinson, Arrêtez moi là dont le roman est sorti sous le même titre en France, traite principalement de l’erreur judiciaire, d’une personne ici un chauffeur de taxi interprété par Reda Kateb injustement condamné pour l’enlèvement d’une fillette. L’histoire à l’origine du roman et du film se passe aux Etats-Unis elle est donc transposée ici dans le sud de la France, à Nice et dont le dénouement est disons moins tragique que le roman. Enfin, le roman américain est lui même adapté d’un fait réel qui s’est donc passé aux Etats-Unis.

Samson est un chauffeur de taxi d’environ 35 ans qui vit un peu dans sa bulle entre son job, son chat qui lui fait office de co-pilote, de sa musique et sa copine avec laquelle il ne souhaite pas s’engager. Un jour, il ramène une cliente qui ne le laisse pas indifférent et qui l’invite chez lui le temps de prendre de l’argent pour régler sa course…Le lendemain matin les policiers débarquent chez lui et le prient de se rendre au commissariat sans lui dire les raisons. C’est à partir de cet instant que Samson va se retrouver dans un tourbillon infernal entre policiers qui ne l’écoutent pas, un avocat commis d’office incompétent, une copine qui s’éloigne…Il va donc rapidement passer par la case prison et voir sa vie se défiler impuissant face à ce qu’il lui arrive.

Arrêtez moi là fait écho à de nombreuses affaires similaires en France (on pense à l’affaire Outreau, Patrick Dills etc.), l’histoire reste intéressante et l’on souhaite savoir si cette homme ordinaire va s’en sortir. On est proche du documentaire et on voit bien que le réalisateur Gilles Bannier connaît bien son sujet en faisant un film se focalisant sur l’administration judiciaire (il a également réalisé des épisodes de la série Engrenages) tout en faisant l’impasse sur la vie carcérale . Malgré tout l’ensemble manque un peu d’intensité et de rythme, (on a parfois l’impression de regarder un téléfilm) alors que paradoxalement certaines scènes sans paroles avec le toujours très bon comédien Reda Kateb, d’autres avec Léa Drucker sont assez fortes. Il est également intéressant comment le réalisateur s’est concentré sur l’évolution de cet homme brisé par l’administration judiciaire, l’incompétence des uns et des autres…Jusqu’à sa renaissance…

En bref, Arrêtez moi là reste prenant même si le dénouement est discutable, l’ensemble est assez réaliste du moins dans les scènes des procès, le film est également et surtout porté par des acteurs très inspirés.

Arrêtez moi là est au cinéma depuis le 6 janvier 2016. Projection suivie d’une session questions / réponses avec Gille Bannier, Reda Kateb et Léa Drucker.

Critique Film – Une vie  secrète de Jon Garaño, Aitor Arregi, José Mari Goenaga Avec Antonio de la Torre, Belén Cuesta
Critique Film – La Baleine et l’Escargote
Critique Film – Relic de Natalie Erika James, a vec Emily Mortimer, Robyn Nevin, Bella Heathcote
Critique – Chien Pourri, la vie à Paris !
Critique Film – Light of my Life de et avec Casey Affleck, Anna Pniowsky
Critique Film – The Vigil de Keith Thomas avec Dave Davis

No Comments

Leave a Comment.