Critique du film : Tu Ne Tueras Point de Mel Gibson avec Andrew Garfield, Sam Worthington

Tu ne tueras point - Hacksaw Ridge Tu ne tueras point (Hacksaw Ridge) annonce le retour de Mel Gibson en tant que réalisateur, après L’homme sans visage, Braveheart, La Passion du Christ et Apocalypto. 10 ans plus tard, il nous livre le biopic de Desmond Ross, le premier objecteur de conscience engagé dans l’armée auprès de ses compatriotes lors de la seconde guerre mondiale, plus particulièrement lors de la bataille d’Okinawa où les américains ont lancé l’assaut face aux Japonais sur la falaise de Maeda renommée : Hacksaw Ridge, le titre original du film.

Constitué de deux parties distinctes où la première est assez classique parfois un peu académique où l’on découvre quelques événements marquants de l’enfance de Desmond Ross entre un père ancien soldat de la première guerre mondiale alcoolique et parfois violent sans oublier un accident avec son frère. Dôté d’une fraîcheur voire d’une certaine naïveté il tombera amoureux de sa future femme avant de s’engager dans l’armée en tant que médecin infirmier. Il y a un petit côté Full Metal Jacket entre entraînements, personnalités marquées de chacun des autres militaires du même régiment et où de part ses convictions qui lui interdisent de toucher une arme à feu, il sera malmené par ses frères d’armes et confronté aux hautes autorités. La seconde partie dans un autre genre se focalise sur la bataille d’Okinawa, âmes sensibles accrochez-vous, Mel gibson filme la guerre comme personne, nous sommes au coeur de l’action, des explosions, des corps déchiquetés,…

Tu ne Tueras Point confronte à la fois le romantisme et la grâcce face à l’horreur et à la boucherie que représentent la guerre. Il met également en parallèle les différentes manières de croire en la même religion avec Desmond Ross en total dévotion à son Dieu qui refuse de tuer un adversaire et ses compatriotes croyants qui veulent anéantir le mal que représentent les soldats japonais.
On pourra se demander dans la lignée de ses précédents films si Mel Gibson prosélyte se veut porteur d’un message et nous convertir avec notamment l’image christique qu’il donne à son personnage principal et les propos religieux récurrents, que j’ai trouvé certes un peu lourd. Qu’importe la réponse, la conviction de ce pacifiste est si forte qu’elle lui donne la force d’accomplir sa mission ô combien noble et courageuse qui n’est pas de faire le plus de morts mais de sauver le plus de blessés de son camp en s’engageant sur le terrain sans aucune arme.

En bref, que l’on adhère ou non aux propos religieux plus que présent tout au long du film, la force, la beauté et la violence de certaines scènes ne m’ont pas laissée indifférente….Tu ne Tueras Point marque le grand retour de Mel Gibson et nous fait re-découvrir Andrew Garfield qui trouve probablement son premier grand rôle (et peut-être une nomination aux Oscars?) le tout soutenu par un casting de haut vol pour les seconds rôles.

En bref un très grand film de guerre marquant, éprouvant et émouvant, à ranger à côté d’Il faut sauver le soldat Ryan, Mémoires de nos pères, etc. L’histoire d’un véritable héros Desmond Ross qui nous change un peu de la ribambelle de super-héros…Le film figurera dans mon Top 2016 sans hésiter.

Tu ne Tueras Point sortira au cinéma le 9 novembre 2017. Vu en VOSTFR

Critique Film – La Reine des Neiges 2 avec les voix avec Emmylou Homs, Charlotte Hervieux, Dany Boon
Critique Film – J’accuse avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Emmanuelle Seigner
Critique Film – Le Mans 66 (Ford v Ferrari) de James Mangold avec Matt Damon, Christian Bale
Terminé Concours – Gagnez des coffrets DVD de la série Escape at Dannemora
Avis Vidéo – Série The Purge Saison 1 disponible en Blu-ray et DVD
Critique Film – Hors Normes de Eric Toledano, Olivier Nakache avec Vincent Cassel, Reda Kateb

No Comments

Leave a Comment.