Critique : 30 beats d’Alexis Lloyd avec Lee Pace, Vahina Giocante,…

Synopsis : New York, en plein été : une vague de chaleur transforme la ville en zone tropicale. Dix personnages sont tour à tour entraînés dans une ronde des amours où chacun se retrouve pris dans une chaîne de séductions, de sentiments et de désirs à fleur de peau. Sortie en salles le 21 mars 2012.

Premier film d’Alexis lloyd, 30 Beats nous emmène en été à New-York city, de nos jours, où la canicule se fait sentir, la température frôle les 35°-40° et les corps s’enflamment…Variation d’une nouvelle de Schnitzler intitulée « La ronde », le film suit une équation amoureuse simple qui nous fait partir d’une personne A qui couche avec B puis B qui couche avec C et C qui couche avec D et ainsi de suite…Une description en chaîne de pulsions amoureuses et sexuelles dans une grande ville occidentale et cosmopolite.

Les ventilos marchent à fond et malgré tout la sueur se laisse voir sur les peaux échauffées sur lesquelles le réalisateur ne fait pas d’impasse…Pourtant dans ce cercle amoureux où personne ne se connaît, nous assisterons à toute une phase de rencontre, de séduction de personnages souvent à double personnalité, qui à chaque fois laisse cours à l’imagination du spectateur car vous ne verrez pas de scènes de sexe (ou très peu); toujours l’avant ou l’après, scénario souhaité par la réalisateur…Mais qui peut-être frustrant pour certains.
Plutôt intriguant et originale sur la forme, 30 beats, dont le titre fait référence à une valse à 30 temps, se laisse regarder avec sa pléthore d’acteurs et d’actrices sortis du petit écran US, essentiellement des séries Boardwalk Empire, Weeds, Pushing daisies etc. tous les uns et les unes plutôt sympathiques et assez justes dans leur jeu, portant le film, pour chacun pendant environ 20 minutes.

En bref, 30 beats est un film choral léger qui bien que traitant 10 histoires d’amour et/ou de sexe s’enchaînant est loin d’être répétitif et plutôt divertissant…Il vous réchauffera (un peu) si vous ne restez pas de marbre devant quelques dialogues qui peuvent être parfois un peu mièvre.

Critique Film – Une vie  secrète de Jon Garaño, Aitor Arregi, José Mari Goenaga Avec Antonio de la Torre, Belén Cuesta
Critique Film – La Baleine et l’Escargote
Critique Film – Relic de Natalie Erika James, a vec Emily Mortimer, Robyn Nevin, Bella Heathcote
Critique – Chien Pourri, la vie à Paris !
Critique Film – Light of my Life de et avec Casey Affleck, Anna Pniowsky
Critique Film – The Vigil de Keith Thomas avec Dave Davis

No Comments

Leave a Comment.