Critique : Starbuck de Ken Scott avec Patrick Huard, Julie Le Breton

Starbuck Synopsis : Alors qu’il s’apprête à être père, David Wosniak, éternel adolescent de 42 ans, découvre être le géniteur anonyme de 533 enfants déterminés à le retrouver.
Sortie le 27 juin 2012 vu en Québécois, sous-titré en Français pour certains passages !

Ma culture concernant le cinéma de nos voisins les Québécois est bien limitée…J’ai dû voir 2 ou 3 films donc je ne me souviens plus des titres simplement que cela parlait pas mal de sexe, de relations amoureuses entre couples établis, bref je me rappelle surtout de dialogues plutôt ouverts non censurés avec cet accent qu’on reconnaît au premier mot prononcé et qui donne toujours un certain charme, enfin qui nous fait plutôt sourire surtout face à certaines expressions qui sont parfois incompréhensibles pour nous ou qui mélangent un franglais ou bien encore un anglais traduit mot par mot.
Bref, j’étais donc curieuse de visionner Starbuck, comédie qui a reçu 3 prix et nominée pas moins de 9 fois dans différents festivals. Le contexte étant posé, nous sommes donc en compagnie d’un livreur de viandes, d’origine polonaise, travaillant à la boucherie familiale avec son père et ses frères, qui accumule les dettes face à des gens peu fréquentables. On comprend rapidement qu’il s’en sortait plutôt bien suite à l’argent gagné grâce à ses nombreux dons de spermes (sous le pseudo Starbuck): 533 ! Seulement maintenant non seulement sa dette reste élevée, ce quadragénaire est amoureux et apprend qu’une centaine de c(s)es enfants, jeunes adultes, issus de ses dons veulent connaître l’identité de leur père ! Désirant rester dans l’ombre et aidé d’un ami avocat, il va aller à la rencontre de certains d’entre eux en essayant de jouer leur protecteur et ange-gardien sans leur avouer qui il est…

On assiste donc à une comédie avec à des personnages attachants et en premier lieu Patrick Huard, interprétant Starbuck à merveille en éternel adolescent. Le film, sous ses dessous de comique de situations et surtout de dialogues forts sympathiques, est avant tout une histoire sur les liens de parenté et plus particulièrement la paternité et la quête d’identité.

En bref, il y a beaucoup de moments drôles dans Starbuck, certains émouvants avec des passages plus ou moins crédibles mais dans tous les cas vous devriez ressortir avec un grand sourire…

Critique Film – Le Chant du Loup de Antonin Baudry avec François Civil, Reda Kateb, Matthieu Kassovitz, Omar Sy
Sortie Vidéo – Frères Ennemis de David Oelhoffen avec Matthias Schoenaerts, Reda Kateb, Sabrina Ouazani
Critique Film – Alita : Battle Angel de Robert Rodriguez avec Rosa Salazar, Christoph Waltz
Sortie Vidéo – Burning de Lee Chang Dong avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo
Critique : Arctic de Joe Penna avec Mads Mikkelsen
Critique : L’Amour Debout de Michaël Dacheux avec Paul Delbreil, Adèle Csech, Samuel Fasse

1 Comment

  1. Le cinéma Québécois est très ouvert et aborde des sujets parfois assez complexes ou difficiles – Les invasions barbares et l’Euthanasie ou Laurence Anyways et la transexualité (excellent film sorti cet été), sans tabou comme dans le cas de Starbuck.

    Reply

Leave a Comment.