Critique : Jurassic World de Colin Trevorrow avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Ty Simpkins

Jurassic World Plus de 20 ans après Jurassic Park, le film de Steven Spielberg qui m’avait émerveillé au cinéma à l’époque marquant aussi l’un des premiers films avec des CGI, voici le reboot reprenant le concept de John Hammond dans le premier opus. Ici le parc d’attractions situé sur une île près du Costa Rica, fonctionne très bien depuis quelques années jusqu’au drame bien sûr que l’on attend avec impatience :)…Le parc est une vraie industrie dont l’objectif est de faire un maximum d’argent et de trouver toujours des attractions et surtout des dinosaures de plus en plus terrifiant pour attirer toujours plus de monde. Tous les locataires de ce « zoo » ont été créés génétiquement et depuis leur laboratoires les chercheurs se sont même amusés à créer une espèce qui n’existait pas durant leur ère…Le film commence de manière classique, l’on va suivre deux frères qui vont voir leur (jeune) tante responsable du parc et ainsi profiter en VIP de toutes les attractions. Nous allons donc les suivre pendant leurs journées (les envier aussi pour certaines attractions !) et en parallèle également suivre certains personnages faisant partie du staff.

Jurassic World : Le zoo est ouvert

Alors oui les personnages sont plutôt caricaturaux, nous avons le dresseur sauveur en la personne de Chris Pratt est plutôt pas mal dans le rôle d’ailleurs, peut-être le meilleur interprète du film et son acolyte interprété par Omar Sy. Ils n’ont pas les mêmes intérêts que la « chef » en hauts talons, interprétée par Bryce Dallas Howard (la fille de Ron qui a de faux airs de Jessica Chastain amha)… Oui vous l’aurez compris, là où le film pêche c’est vraiment au niveau des persos tous stéréotypés, aucun n’est attachant et super crédible et leurs relations sont plutôt artificielles, et ce contrairement au film original. Mais après tout nous sommes surtout là pour voir du dinosaure et découvrir ce parc d’attractions particulier où tout est plus grand, plus moderne, plus gros…Et là dessus le film remplit son objectif, quel plaisir de découvrir les attractions toutes plus folles les unes que les autres avec des dinosaures comme des ptérodactyles, un mosasaure… sans oublier d’autres que l’on connaît déjà comme les raptors mais qui sont ici plus ou moins dressés,…Si la 3D n’est pas indispensable, il faut reconnaître que le résultat est au rendez-vous.
Alors certes, la (grosse) surprise n’est plus vraiment là, oui ce n’est pas du Spielberg, c’est un remake, un blockbuster qui n’apporte pas grand chose à la saga mais qui vous fera passer un bon moment avec les moyens cinématographiques d’aujourd’hui, en tout cas je me suis bien amusée !

Le film sortira au cinéma le 10 juin en 2D et 3D. Vu en 3D et en VOSTFR

Bande-Annonce Jurassic World VOSTFR

Contenus additionnels Jurassic World


Critique Film – La Reine des Neiges 2 avec les voix avec Emmylou Homs, Charlotte Hervieux, Dany Boon
Critique Film – J’accuse avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Emmanuelle Seigner
Critique Film – Le Mans 66 (Ford v Ferrari) de James Mangold avec Matt Damon, Christian Bale
Avis Vidéo – Série The Purge Saison 1 disponible en Blu-ray et DVD
Critique Film – Hors Normes de Eric Toledano, Olivier Nakache avec Vincent Cassel, Reda Kateb
Critique Film – Terminator : Dark Fate avec Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Mackenzie Davis

1 Comment

  1. Des images époustouflantes, mais un scénario creux et sans surprises. Au bout de min on a tout compris. Qui était les méchants, la love story, la menace….
    Les heros sont tous des blancs et les mechants tous des personnes d’origines étrangere (indien et asiatique). On a quand même droit au classique « gentil black » qui ne sert pas à grand chose mais qui est dévoué au héros blanc. Là où j’ai etait surpis c’est qu’il ne meurt pas. En générale ça ne manque jamais.

    Reply

Leave a Comment.