Critique du film : Creed, l’Héritage de Rocky Balboa avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone

Creed : L'héritage de Rocky Balboa

La saga Rocky est une de mes préférées au cinéma avec cette morale, cette musique, ces émotions… Et Creed pouvait nous laisser craindre le pire. C’est vrai que les reboots ou les suites de films qui ont marqué les décennies précédentes s’enchaînent et à l’instar de Mad Max fury road et de Star Wars 7, Creed est heureusement une grande réussite et exploite peut-être mieux et plus finement l’héritage passé que J.J Abrams avec la Guerre des Etoiles…

Retour à une autre (future) étoile, Adonis Johnson est le fils d’Apollo Creed que celui-ci a eu lors d’une relation adultère et qu’il n’a jamais connu. Il veut boxer à titre professionnel aux Etats-Unis, se faire son propre nom et donc s’améliorer au plus vite pour boxer contre les plus grands. Pour y arriver il n’a qu’une idée en tête celle d’avoir comme coach l’un des plus redoutables adversaires de son père : Rocky Balboa. Il finit par le convaincre et tous les deux vont se motiver pour mener à bien leur propre combat…

Creed foisonne de qualités, à la fois avec la mise en scène percutante de Ryan Coogler pendant les combats et je pense notamment à cette incroyable plan séquence pour le premier « grand » combat de « Donnie » et d’autres scènes se focalisant sur les personnages dans des moments remplis d’émotions, de la tristesse à l’exaltation. Michael B. Jordan (qui a déjà tourné avec le même réalisateur dans Fruit Salvation) est vraiment le personnage principal de cette histoire, il amène sa jeunesse sa fougue mais aussi ses réflexions face à un Sylvester Stallone époustouflant, probablement dans l’un de ses meilleurs rôles où Rocky est vieux, fatigué mais a toujours de la répartie et les mots justes. Très touchant, ne vous étonnez pas si vous êtes à la limite de verser une larme… Il vient d’ailleurs de remporter le Golden Globe du meilleur second rôle pour sa performance.
Alors que le scénario est assez simple, la relation entre les deux hommes reste intéressante et illustre parfaitement la transmission

Creed n’est pas un simple reboot ou spin-off, il se base à la fois sur la nostalgie de la saga, reprenant des éléments clés qui en ont fait son succès (et sa patte), en totale continuité avec le dernier film Rocky Balboa et insuffle à la fois un renouveau entre une BO actuelle (très rap) dont je ne suis pas fan de tous les morceaux mais qui collent parfaitement aux scènes; et surtout avec la venue du jeune Creed qui s’émancipe au détriment de Rocky bien présent, même dans son ombre… La saga est relancée !

Creed sort au cinéma le 13 janvier 2016. Vu en VOSTFR en Grand Large.

Critique Film – Ne Coupez Pas ! de Shin’ichirô Ueda
Rattrapage Vidéo – Casse-Noisette et les quatre royaumes
Critique Film – Simetierre avec Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow
Rattrapage Vidéo – Amanda de Mikhaël Hers avec Vincent Lacoste, Isaure Multrier, Stacy Martin
Prochainement – Donnybrook de Tim Sutton avec Jamie Bell, Frank Grillo, Margaret Quallet
Rattrapage Vidéo – Galveston de Mélanie Laurent avec Ben Foster and Elle Fanning

1 Comment

  1. De mon côté je n’ai jamais vu de « Rocky » pour l’instant. C’est en voyant les bonnes critiques (dont celle-ci!) que je me suis laissé convaincre. Et je ne suis pas déçu ! Effectivement de très belles scènes de combat, sans verser dans le candide, un binôme qui passe très bien, une bande son assez formidable. Bref, très bien !

    Reply