Critique : Shadow Dancer de James Marsh avec Clive Owen, Andrea Riseborough, Aidan Gillen, Domhnall Gleeson

Synopsis : Collette, jeune veuve, est une républicaine, vivant à Belfast, avec sa mère et ses frères, de fervents activistes de l’IRA. Suite à son arrestation après un attentat avorté au cœur de Londres, Mac, un agent secret du MI5, lui offre le choix : passer 25 années en prison et ainsi perdre ce qu’elle a de plus cher, son fils, ou espionner sa propre famille. Elle décide de faire confiance à Mac, et retourne parmi les siens… En salles le 6 février 2013

Ancien correspondant de guerre dans les années 90 en Irlande du nord (le film se passe d’ailleurs à cette période), Shadow Dancer est l’adaptation du livre de Tom Bradby. Si l’histoire n’est pas vraie, elle s’inspire fortement des témoignages qu’il a recueillis auprès des 2 camps, anglais comme irlandais. L’histoire se passe et le film s’appuie uniquement sur les personnages et notamment sur Collette, cette jeune femme qui va trahir sa famille et tracer un trait sur ses convictions politiques. Comédienne naturelle et elle même irlandaise ayant grandi à Belfast Ouest, elle incarne à merveille son personnage et laisse transparaître beaucoup d’émotions aux spectateurs, à la fois une force de caractère et une sensibilité à fleur de peau. Clive Owen plus effacé, reste en retrait, par rapport à cette jeune mère à laquelle il se doit redevable avec tout ce qui lui (son organisation, le MI5) fait subir. Entre suspicions de son entourage, protection de ses frères, implication dans des attentats, le film a certes un rythme lent (parfois un peu trop) mais ne manque aucunement de suspens et de tension.

Outre l’interprétation, le scénario et la mise en scène dépeignent le réalisme de cette guerre intestine nous donnant la sensation d’être au sein de ce conflit qui a trop longuement duré. En résumé, Shadow Dancer reste un film intimiste, un thriller psychologique et politique, certes parfois prévisible, aux décors mornes mais réalistes traitant d’un sujet difficile où il rend cette histoire crédible. Il n’égale pas un « Le vent se lève » mais apporte son originalité en plaçant au centre de son intrigue une femme et mère avant tout.





Rattrape Vidéo – L’Heure de la Sortie avec Laurent Lafitte, Emmanuelle Bercot, Pascal Greggory
Critique Film – Tolkien avec Nicholas Hoult, Lily Collins, Colm Meaney
Critique Film – Parasite de Bong Joon-Ho
Critique Film – Ma de Tate Taylor avec Octavia Spencer
Rattrape Vidéo – L’Intervention de Fred Grivois avec Alban Lenoir, Olga Kurylenko
Rattrapage Video – L’Incroyable Histoire du Facteur Cheval de Nils Tavernier

No Comments

Leave a Comment.