Critique : Shrek 4 il était une fin (Et jeux à imprimer, application Fais ton Greuh.)

Après vous avoir mis l’eau à la bouche avec les posters des personnages principaux et une rapide entrevue avec le Chat Potelé, voici ma critique du 4ème épisode de Shrek…C’est vrai qu’à première vue, l’on peut se dire que la franchise a déjà été sur-exploitée notamment avec un 3ème film et qu’un quatrième s’avère donc inutile, excepté renflouer les comptes des studios Dreamworks…Et bien cet opus n’est pas si inutile que ça ! En effet, si vous appréciez le monde de l’ogre vert, de sa petite famille et de ses amis plus loufoques les uns que les autres, Shrek 4, il était une fin vous fera passer un bon moment (avec ou sans vos enfants de plus de 6 ans), vous fera sourire voire rire…Mais, voyons plus en détails ce film sans vous raconter le dénouement. Je tiens à préciser que j’ai vu le film en VF et en 3D. La VF ne m’a pas dérangée car ce sont les mêmes et excellents doubleurs que les précédents films à savoir : Alain Chabat, Barbara Tissier, Med Hondo (la voix d’Eddy Murphy) et Boris Rehlinger pour le chat poté.
Autant en finir de suite avec la 3D, elle ne sert pas à grand chose, à part pour 2, 3 scènes, elle est quasi inutile et même gênante. Je ne sais pas si c’était dû à la salle et/ou aux réglages mais parfois,  les arrières plans étaient très flous, c’est pour dire et on se demande si l’on a des problèmes de vue!…Pour en revenir à l’histoire, le scénario est un peu abracadabrantesque ;-) pas très compliqué mais un peu tiré par les cheveux, on s’en fiche on est dans un conte mais attention, là Shrek vit les événements dans une 2ème dimension  autrement dit il est dans une réalité alternative (à la mode de Lost ?), Et si Shrek n’avait pas embrassé Fiona ?…Monsieur est maintenant papa de 3 triplés et ses journées sont plutôt synonymes de routine entre couches, biberons, repas entre amis, qui eux ont aussi des bébés d’ailleurs…Plus de temps pour lui, même pour un simple bain de boue, il ne fait même plus peur, et en plus il signe des autographes…Il décide donc de tout plaquer ne serait-ce qu’une journée et signe un contrat qui fera de lui un simple ogre comme on bon vieux temps, sans sa bien-aimée ni ses petits ogrons…Et ça, il ne l’avait pas prévu.

Et il a une journée pour retrouver sa vie d’avant ! Car cette nouvelle réalité est dominée par un nouveau personnage nommé Tracassin, un méchant petit sournois ma foi, bien sympathique, bien diabolique, tricheur, roublard comme il faut, aidé d’une troupe de sorcières, oui de celles qu’on imagine bien avec leur nez crochu, leur chapeau pointu et leur balai dans le c…Non quand même pas quoique…
Cette épisode est sans aucun doute le plus sombre de la série, l’humour est tout de même moins présent, heureusement que l’âne et le chat potté (bien enrobé dans l’autre réalité) sont là pour nous faire rire…On retrouve également Pinocchio, les 3 petits cochons et autres personnages des contes classiques qui ont bercé notre enfance.. La bande originale est moins bonne que les autres opus mais reste tout de même entraînante et bien choisie, les chorégraphies forcées des personnages sont criantes de vérité et très actuelles mais ne sont pas à se rouler par terre !Les scènes d’actions, de haute voltige sont très bien réalisées niveau animation mais rien de transcendant ni de très original. J’a i tout de même apprécié les sorcières et leurs pommes grenades, citrouilles explosives et autres attaches en forme de crâne de squelette…Tout ces petits détails qui font que c’est pour cela qu’on aime aussi Shrek.
La quête de notre héros qui consiste à re-conquérir sa belle nous surprend à nous émouvoir et c’est vrai que contre toute attente on oublie que c’est un film d’animation parfois, sans aller tout de même aller jusqu’à verser une larme, l’histoire d’amour nous touche.
Et, finalement la morale de l’histoire nous rappelle souvent que même si certaines journées sont parfois difficiles , la tête dans le guidon, entre bébé, travail, quotidien, c’est tout de même une sacré chance d’avoir une famille…N’est ce pas les mamans ;-) ? Autrement dit rien d’extraordinaire dans le royaume de Fort Fort Lointain…Et c’est toujours dommage que l’âne et le chat potté soient relégués au second plan.

En résumé, ce n’est pas un film d’animation indispensable mais si vous appréciez le monde de Shrek, allez le voir vous passerez un bon moment.

Et pour vos chérubins, je vous invite à télécharger ces coloriages et autres jeux  :


Shrek 4, Il était une fin – Sortie le 30 juin 2010 ! –en 3D dans les salles équipées.
Un film de Mike Mitchell.

Le Site Officiel → http://www.shrekinternational.com/intl/fr/
La Page Facebook → http://www.facebook.com/shrek4.iletaitunefin

A propos du film :

Après avoir vaincu un méchant dragon, sauvé une belle princesse et le royaume de ses parents, que peut encore faire un ogre malodorant et mal léché ? Domestiqué, assagi, Shrek a perdu jusqu’à l’envie de rugir et regrette le bon vieux temps où il semait la terreur dans le royaume. Aujourd’hui, tel une idole déchue, il se contente de signer des autographes à tour de bras. Trop triste…
C’est alors que l’habile et sournois Tracassin lui propose un contrat. Shrek se retrouve soudain transporté dans un monde parallèle totalement déjanté où les ogres sont pourchassés, où Tracassin est roi, où Fiona et son bien-aimé ne se jamais rencontrés…
Shrek va-t-il réussir à déjouer le sortilège, à repasser de l’autre côté du miroir, à sauver ses amis, à retrouver son monde et reconquérir l’amour de sa vie ?

N’oubliez pas que sur le site officiel, vous pouvez taquiner l’ogre vert avec l’application « Fais ton Greuh », vous comprendez quand vous aurez vu le film

Shrek n’aime pas trop qu’on le taquine… attention au GREUH !

© Shrek Forever After TM & © 2010 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Critique Film – La Baleine et l’Escargote
Critique Film – Relic de Natalie Erika James, a vec Emily Mortimer, Robyn Nevin, Bella Heathcote
Terminé – Gagnez des places pour voir Chien Pourri, la vie à Paris !
Critique – Chien Pourri, la vie à Paris !
Critique Film – Light of my Life de et avec Casey Affleck, Anna Pniowsky
Critique Film – The Vigil de Keith Thomas avec Dave Davis

No Comments

Leave a Comment.