Critique : Bébés

Je vous avais déjà parlé de Bébés, documentaire découvert par hasard, produit par Alain Chabat et réalisé par Thomas Balmès, et  j’avais même organisé un concours n’ayant pu me rendre à l’avant-première. J’ai enfin pu le voir en compagnie d’une jeune maman tout comme moi. Car oui, voir Bébés en étant déjà parent ou futur est un bon critère pour être sensible à ce documentaire, mais pourrait, aussi sans surprise, faire immerger votre instinct paternel ou maternel.

Synopsis : Une année dans la vie de quatre bébés. Du jour de leur naissance à leurs premiers pas. Suivre quatre bébés dans quatre pays différents (Namibie, Mongolie, Japon, Etats-Unis), simultanément, jour après jour, les voir grandir, se développer et découvrir le monde qui les entoure.

Bébés par son titre si évocateur et représentatif de ce qu’est ce documentaire est sans paroles, et nous plonge  littéralement dans la vie de 4 bébés nés aux quatre coins du monde, et ce pendant leurs 12 premier mois, le tout concentré en 1h15 environ. Dormir, manger, babiller, jouer, pleurer, rigoler, marcher, ramper, s’énerver… Voici le quotidien de nos 4 protagonistes qui malgré leur origines différentes et culturelles se ressemblent beaucoup. Pas de commentaires, ni conclusion, je soupçonne le réalisateur de nous laisser nous forger notre propre opinion quant à la manière d’élever, d’éduquer notre (futur) enfant, de nous faire également réfléchir quant aux moyens que l’on nous donne pour le faire, nous, pays developpés. En effet le bébé en Namibie ou bien celui en Mongolie n’a pas vraiment la même hygiène, les mêmes jouets ni la même nourriture que celui des Etats-Unis ou du Japon , mais tous semblent heureux car ils ne connaissent de toute façon pas autre chose…

Le réalisateur a paraît-il mit environ 5 ans pour filmer les activités quotidiennes de ces 4 enfants et forcément il a aussi dû mettre du temps pour sélectionner, choisir, monter ce documentaire et inconsciemment ou pas, par ce choix des images, (je pense difficile), orienter et exprimer son opinion. En effet, mon impression et peut-être est-elle fausse, je trouve que le bébé africain est plus mis en valeur, plus montré avec des passages plus heureux…Dans la poussière, l’eau boueuse, sans couche, il a l’air d’être le plus content, ce que je ne doute pas un seul instant, voyant sa mère et ses frères et soeurs quasiment constamment à ses côtés,. Alors oui on pourrait en déduire de manière simpliste que malgré tous les artifices, contrôles, autres ressources et moyens modernes que nous avons dans les pays occidentaux, nos bébés ne sont pas plus heureux que lui. Dans tous les cas, que cela ait été l’objectif du réalisateur ou non, cela ne m’a pas gêné.
Aussi, un point commun qui relie nos 4 bébés et que l’on retrouve aux 4 coins du monde, et encore une fois je ne sais pas si cela a été intentionnel de la part du réalisateur, c’est la relation bébé- animal (plus ou moins domestique). Dans chaque pays, on « tremble » ou l’on s’extasie quand le chat s’approche du nourrisson, ou le chien qui se laisse tripoter la gueule dans tous le sens, sans parler des chèvres ou des vaches qui évitent de justesse le bébé en ballade à quatre pattes dans leur enclos.

Finalement il me semble que personne ne peut-être insensible à ces petits Hommes qui ont tout à apprendre de la vie et nous font, quasiment pendant une heure, donner le sourire jusqu’aux oreilles car c’est aussi nous qui partons à la découverte de leur monde, avec curiosité. En effet, ils nous font rire, nous émeuvent pour notre plus grand plaisir. Ce documentaire ne marquera pas je pense, l’histoire du Cinéma mais il aura au moins le mérite, de part son idée originale, de ne pas tomber aux oubliettes et de rester dans un petit coin de votre esprit, que vous soyez parent ou non. Allez-le voir, il sent bon le bébé :-) et cela fait beaucoup de bien, un peu de douceur dans ce monde de brutes…

Critique Film – 1917 de Sam Mendes avec George MacKay, Dean-Charles Chapman
Sortie Blu- Ray – Roubaix une lumière d’ Arnaud Desplechin avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier, Antoine Reinartz
Critique Film – L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang avec Awkwafina, Tzi Ma, X Mayo
Avis Vidéo –  Skin de Guy Nattiv avec Jamie Bell, Vera Farminga, Bill Camp
Critique Film – A Couteaux Tirés avec Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas, Jamie Lee Curtis,
Critique Film – La Reine des Neiges 2 avec les voix avec Emmylou Homs, Charlotte Hervieux, Dany Boon

No Comments

Leave a Comment.