Critique : 40 ans mode d’emploi de Judd Apatow avec Paul Rudd, Leslie Mann, John Lithgow

Synopsis : Seul homme à la maison, Pete est marié depuis des années à Debbie avec qui il a eu deux filles, Charlotte et Sadie, âgées de 8 et 13 ans. Pete aura bientôt 40 ans et le bilan est rude : Unfiltered Records, la maison de disques indépendante qu’il a créée, bat de l’aile, son père Larry, qui a récemment, et artificiellement, engendré des triplés, compte éhontément sur son soutien financier pour nourrir cette nouvelle famille, et à la maison, la vie n’est pas non plus un long fleuve tranquille. Le quotidien avec Debbie et les filles est une série de conflits et de complications sans fin. Quant à Debbie, elle a ses propres difficultés professionnelles et filiales. Elle essaie opiniâtrement d’être une épouse et une mère parfaite, mais elle a un mal fou à négocier le virage de la quarantaine. Et pour couronner le tout, leur aînée est en pleine crise de puberté. Pete et Debbie ont atteint l’âge où le pardon, à eux et aux autres, et le lâcher-prise sont des conditions sine qua non pour parvenir à profiter du reste de leur vie… en évitant d’en passer par le meurtre. En salles le 13 mars 2013

Je n’étais pas disponible pour la projection de ce film (en présence du réalisateur) et c’est à nouveau Claire également blogueuse ciné qui nous livre son avis sur la nouvelle comédie de Judd Apatow.

Ce que vous devez savoir avant de lire cet avis ! La nouvelle comédie de Judd Apatow « This is 40 » est une suite ou
plutôt un spin off de sa comédie Knocked Up /En cloque mode d’emploi. Pour trouver le titre français, les traducteurs ont appliqué la formule suivante : En cloque mode d’emploi + 40 ans toujours puceau = 40 ans, mode d’emploi ! Soit le mélange des titres des deux succès de Judd Apatow.

Ici Apatow, apôtre de la comédie US des années 2000, s’intéresse à la vie de couple de deux quadragénaires avec en toile de fond leurs deux enfants, leurs parents, leurs amis et leurs emmerdes. Avec son humour potache et un mauvais goût assumé, Apatow a bien compris tout le potentiel d’un tel sujet. Ah la quarantaine ! Le démon de midi et le
couple qui commence à battre de l’aile ! Les tentatives pour se sentir jeune à nouveau ! Le refus d’assumer son âge et ses responsabilités…Sujet inépuisable de comédie.

Un film de famille sur la famille en famille…

Judd Apatow s’est visiblement inspiré de sa propre situation pour décrire la famille du film. Pour ajouter à la confusion entre réalité et fiction, Judd Apatow a placé à l’écran sa propre femme (Leslie
Mann) et ses deux filles. Selon ses dires, parce que « cela coûte moins cher !  » D’ailleurs, on sent que Judd Apatow s’est entouré de sa famille de coeur, en plus de sa vraie famille… On retrouve ainsi en cameos ou en rôle plus importants des acteurs de ses précédentes comédies.

Paul Rudd alias Pete ( sorte de Peter Pan moderne et double de Judd) et Leslie Mann (Debbie, la femme de Pete) se plient en quatre pour leur personnage. Ils sont à la fois exaspérants et touchants… Ils crient, se balancent des horreurs à la figure, se mettent à nu au sens propre comme au figuré (elle montre ses seins, lui nous montre ses
fesses). Les deux jeunes Maude et Iris Apatow, sont très naturelles. Je ne sais pas si on peut parler de jeux d’actrices à leur âge (Iris a 8 ans, elle tourne avec papa-maman, où est la part d’improvisation pour elle ) dans ces conditions ?

Que retenir de This is 40 ? Apatow a fait un film très personnel, peut-être le plus personnel avec Funny People. Quelques répliques bien senties, des clins d’oeil, certaines situations bien vues comme la conversation en langage psy , les mensonges sur l’âge…. On retiendra aussi une galerie de seconds rôles sympathiques : Chris
O’Dowd, en loser amateur de musique (son rôle de prédilection). C’est toujours un plaisir de retrouver Jason Segel, cette fois en coach obsédé sexuel. On aimera le personnage de Charline Yi en employée modèle qui cache un lourd secret et Megan Fox en bimbo au grand coeur – pour ne pas dire plus. Mentions spéciales à John Lithgow en père
absent et Albert Brooks en père fauché…Le personnage le plu spectaculaire est celui de Melissa McCarthy en mégère insultante (dommage que ce ne soit qu’un cameo).

Si vous aimez l’humour d’Apatow ( et normalement si vous avez lu le papier jusqu’ici c’est le cas) : vous allez rire ! Pas tout le temps, car le film est un longuet et souffre d’un « ventre mou ». Mais vous devriez au moins avoir une ou deux crises de rires et sourire… Certes, c’est de l’humour vulgaire Paul Rudd (qui demande à sa femme
de regarder ses hémorroïdes), parfois scato, mais force est de reconnaître qu’on rit.

Bref, Judd Apatow ne se renouvelle pas. Le réalisateur ne prend au final que peu de risques en reprenant les mêmes ficelles qui ont fait son succès. La réalisation n’a rien d’originale, Apatow étant à mon humble avis meilleur scénariste ou producteur que réalisateur. Bref, This is 40 vous fera passer un bon moment, mais ne vous laissera pas
un souvenir impérissable. On n’atteint pas le niveau de 40 ans, toujours puceau.

Sortie VOD – Les enquêtes du Département V : Dossier 64
Critique Film – Apprentis Parents de Sean Anders avec Mark Wahlberg, Rose Byrne, Octavia Spencer
Critique Film – Le Chant du Loup de Antonin Baudry avec François Civil, Reda Kateb, Matthieu Kassovitz, Omar Sy
Sortie Vidéo – Frères Ennemis de David Oelhoffen avec Matthias Schoenaerts, Reda Kateb, Sabrina Ouazani
Critique Film – Alita : Battle Angel de Robert Rodriguez avec Rosa Salazar, Christoph Waltz
Sortie Vidéo – Burning de Lee Chang Dong avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo

No Comments

Leave a Comment.