Critique : Philomena de Stephen Frears avec Judi Dench, Steve Coogan

Synopsis : Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent de Roscrea. En compensation des soins prodigués par les religieuses avant et pendant la naissance, elle travaille à la blanchisserie, et n’est autorisée à voir son fils, Anthony, qu’une heure par jour. À l’âge de trois ans, il lui est arraché pour être adopté par des Américains. Pendant des années, Philomena essaiera de le retrouver.
Quand, cinquante ans plus tard, elle rencontre Martin Sixmith, journaliste désabusé, elle lui raconte son histoire, et ce dernier la persuade de l’accompagner aux Etats-Unis à la recherche d’Anthony. Au cinéma le 8 janvier 2014. vu en VOSTFR.

Philomena est l’adaptation du roman Philomena: The True Story of a Mother and the Son She Had to Give Away écrit par Martin Sixsmith, basé sur la propre histoire de l’auteur. L’adaptation a été co-écrite par Steve Coogan qui joue également le rôle de Martin Sixsmith dans le film. (Source : Allociné) Basé donc sur des faits réels plutôt tragiques concernant la dureté (cruauté) des églises catholiques dans les années 50 envers les adolescentes mères, en Irlande, Philomena n’est pourtant pas dénué d’humour, humour British of course. Reposant sur ces 2 acteurs principaux, Judi Dench qu’on ne présente plus et Steve Coogan, plutôt habitué aux comédies, ce duo s’apprivoise petit à petit à l’écran avec des dialogues savoureux qui permettent au spectateur de vivre et de suivre Philomena dans sa quête.

Empreint d’une forte émotion du début à la fin, on suit avec intérêt la recherche de ce fils perdu menée par le journaliste et la grand-mère qui ne l’a jamais oublié, ce fils de 3 ans qu’on lui a retiré sous ses yeux. Au-delà du drame humain, Philomena est aussi une prise de conscience et une confrontation entre deux points de vue, celui de la croyante et du athé.
Sans jamais aller vers un manichéisme simpliste le film est assez subtile et penche plutôt vers un propos tout en nuances; il met certes sous les projecteurs les contradictions de l’église catholique où brille une Judi Dench et son personnage drôle (naïve?)et touchante. La comédie dramatique prend réellement tout son sens avec Philomena.

A noter que le film a été récompensé à la Mostra de Venise 2013 avec le Prix Osella, qui récompense le meilleur scénario, et le Queer Lion, qui récompense un film à thématique homosexuelle parmi ceux de la compétition officielle ou d’une compétition parallèle.

Livre – Stephen King à l’écran, une rétrospective des adaptions au cinéma et à la télé
Critique Film – Maléfique, Le pouvoir du mal avec Angelina Jolie, Elle Fanning
Critique Film – Joker de Todd Philips avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro
Concours Terminé –  Gagnez des DVD du film Mon meilleur ami
Critique Film – Ad Astra de James Gray avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones
Sortie Vidéo – El Reino de Rodrigo Sorogoyen avec Antonio de la Torre

No Comments

Leave a Comment.