Critique : Jupiter Ascending Le Destin de L’Univers par les Wachowski avec Channing Tatum, Mila Kunis

Jupiter AscendingAprès Cloud Atlas que j’avais beaucoup apprécié, les frères et soeurs Wachowski reviennent avec encore un film SF mais ce n’est certainement pas moi qui vais m’en plaindre aimant plutôt ce genre au cinéma sachant qu’en plus ils sont à l’origine de la trilogie Matrix; qui même si elle ne se terminait pas super bien, avait marqué le genre.
Jupiter (Ascending en V.O) Le destin de l’univers nous emporte aujourd’hui sur Terre faire la connaissance de Jupiter (Mila Kunis) une jeune femme qui passe sont temps à faire des ménages avec sa mère et sa tante originaires des pays de l’est (Russie ?) et qui rêve de se payer un téléscope comme jadis son père passionné par l’Espace, tué avant qu’elle naisse. Elle ne sait pas encore qu’elle est une personne spéciale puisque des créatures et autres mercenaires venant de planètes lointaines et armés jusqu’aux dents, parés de gadgets futuristes sont à sa recherche. Les uns mandatés par un certain Balem, un autre ancien chasseur militaire génétiquement modifié avec un loup interprété par Channing Tatum tatoué, balafré et doté de bottes bien pratiques qui lui permettent de surfer dans les airs…Oublier les baskets de notre cher McFly :) !

Sur un scénario, à mon humble avis simplifié pour toucher un maximum de public, Jupiter offre un univers très riche, peuplé de créatures, de royaumes, de planètes différentes, ce qui offre à l’écran à la fois émerveillement et confusion voire frustation. Tout semble avoir été condensé, raccourci ce qui a pour résultat, aussi bien au niveau de l’histoire que visuellement un fouilli où l’on frise l’overdose d’effets spéciaux. Pour ma part cela n’a pas été (trop) le cas, on assiste à de magnifiques scènes d’actions et de combats à la fois dans les airs, dans l’eau et sur terre qui démontrent toujours une maîtrise parfaite de la part des réalisateurs sans oublier une armada de vaisseaux spatiaux, d’objets plutôt « cools » qui n’ont rien à envier aux films de super-héros, je pense notamment à X-Men: Days of Future Past.

Malgré un manque cruel de charisme de la part des deux acteurs principaux sans oublier le principal méchant joué par Eddie Redmayne, nommé justement aux Oscars pour sa prestations dans Une Merveilleuse Histoire de Temps, il frise ici le ridicule tant il frôle le caricatural dans son jeu, j’ai quand même beaucoup apprécié ce film lunettes 3D sur le nez. On ne s’ennuie pas une seule seconde et même si le suspens manque, franchement il n’a rien à envier aux préquelles de Star Wars ou Star Trek auxquelles il m’a fait pensées. Si peut-être une chose qui n’est pas des moindres :une mythologie, des personnages attachants et charismatiques, une connaissance sur la richesse de son univers…Jupiter Ascending aurait pu très bien être raconté à travers plusieurs films et pour une fois alors que certaines sagas sont étirées à outrance telle que celle du Hobbit. Jupiter aurait mérité peut-être un approfondissement et développement tant son univers regorge de spécificités. On ne peut pas reprocher aux réalisateurs quelques références (via d’ailleurs un caméo et un hommage à un certain Brazil) tant ils apportent tout de même pas mal de nouveautés dans cette histoire qui nous ferait même penser à Cendrillon, entre réincarnation et histoires de familles…En bref, je suis sortie un peu frustrée avec le sentiment d’avoir été spectatrice de quelque chose de parfois bâclée manquant d’émotions mais je suis ressortie contente d’avoir pris un gros « shoot » de SF bourré d’actions maîtrisées, les yeux remplis d’étoiles…

Le film sort au cinéma le 4 février 2015. Vu en VOSTFR en 3D.

Bande-Annonce Jupiter : Le destin de l’univers

Rattrapage Vidéo – Spiderman: New Generation
Critique Film – Séduis moi si tu peux (Long Shot) de Jonathan Levine avec Charlize Theron, Seth Rogen
Livre Cinéma – 100 Grands Films Pour Les Petits de Lydia et Nicolas Boukhrief
Critique Film – Nous Finirons Ensemble de Guillaume Canet avec François Cluzet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche
Critique Film – Ne Coupez Pas ! de Shin’ichirô Ueda
Rattrapage Vidéo – Casse-Noisette et les quatre royaumes

1 Comment

  1. Là aussi assez d’accord, même si là j’ai quand même eu du mal à ne pas décrocher, parfois. Un détail : j’en ai profité pour tester la 4D (DBox). Ça ajoute un petit plus, nettement moins intéressant que la 3D elle-même, et le surcoût (5 euros de mémoire) ne le mérite pas.

    Reply

Leave a Comment.