Critique : Sublimes créatures de Richard LaGravenese avec Alden Ehrenreich, Alice Englert, Jeremy Irons

Sublimes créaturesSynopsis : Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes.
Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle.
Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret.
Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres… Sortie le 27 février 2013 Vu en VOSTFR.

Dans la mouvance Twilight and Co, voici un nouveau film adapté d’une quadrilogie de romans pour ados/jeunes adultes du nom de  » 16 lunes », dont le premier tome s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires en France. Sublimes créatures nous envoie donc au fin fond de la Caroline du sud dans un trou paumé où Ethan ne pense qu’à une chose entrer en Terminale et en sortir au plus vite afin d’aller à l’université tant qu’elle est loin de sa ville natale, où il s’ennuie à mourir se réfugiant dans des romans « prohibés » par les habitants de cette petite bourgade, ultra conservateurs et cathos à l’extrême. Il rêve cependant d’une jeune fille, qui, oh chance débarque dans sa classe, mise à l’écart par le reste des élèves, car descendante d’une famille de sorciers…Qui serait à l’origine d’événements paranormaux comme des dérèglements météorologiques.

Forcément à l’instar de Twilight, la romance n’est pas recommandée pour ses deux jeunes tourtereaux qui braveront l’interdit, lena étant en fait une enchanteresse qui aura bientôt 16 ans, âge auquel elle saura si elle sera plutôt du côté obscur ou non de la force…On apprend donc à connaître sa famille et ses membres excentriques avec notamment son oncle incarné par Jeremy Irons sympathique et une mère qui hante le corps de la mère du seul copain d’Ethan; elle-même incarnée par une Emma Thompson en forme. Avec des personnages secondaires intéressants, cette amourette d’adolescents se laisse regarder même si parfois c’est certes un peu trop « gnian-gian », c’est aussi parfois un peu long et paradoxalement rapide pour l’enchaînement de certains événements. Les deux jeunes acteurs s’en sortent bien, Alden Ehrenreich qui je trouve, à parfois des mimiques de Di Caprio est plutôt convaincant mais semble parfois caricatural dans son interprétation, cependant on s’y attache beaucoup plus qu’à un certain vampire blafard sans expressions. Quant à la jeune fille, elle est plutôt transparente pendant une bonne partie du film mais s’en sort également bien jusqu’à la fin du film qui demande une suite, donc.

Le réalisateur qui est aussi celui de l’eau pour les éléphants, également une histoire d’amour, sait vraisemblablement filmer des scènes de romance mais moins celles bénéficiant d’effets spéciaux. Sans parler que le film accuse de sacrés raccourcis ou un montage parfois un peu hasardeux.

En résumé, Sublimes créatures est The film pour adolescentes, cette fois on est en présence d’enchanteurs et de sorciers, le tout ne vole pas haut mais se regarde agréablement. Je n’ai pas aimé Twilight et je peux dire que Sublimes créatures est mieux, peut-être par des acteurs un peu plus attachant et une histoire un peu plus riche malgré de nombreux défauts. Allez on attend quand même la suite…

Sortie Video – Traîné sur le bitume de S. Craig Zahler avec Mel Gibson, Vince Vaughn
Rattrapage Vidéo – Glass de M.Night Shyamalan avec James McAvoy, Bruce Willis, Samuel L. Jackson
Rattrapage Vidéo – Monsieur (Sir) de Rohena Gera avec Tillotama Shome, Vivek Gomber
Rattrape Vidéo – L’Heure de la Sortie avec Laurent Lafitte, Emmanuelle Bercot, Pascal Greggory
Critique Film – Tolkien avec Nicholas Hoult, Lily Collins, Colm Meaney
Critique Film – Parasite de Bong Joon-Ho

2 Comments

Leave a Comment.