Critique : 127 heures de Danny Boyle (127 hours)

Synopsis : Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah.Il est seul et n’a prévenu personne de son excursion. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région.Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : au-dessus de lui un rocher se détache et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations…Il parle à son ex petite amie, sa famille, et se demande si les deux filles qu’il a rencontrées dans le canyon juste avant son accident seront les dernières.Cinq jours plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il va devoir prendre la plus grave décision de son existence…Sortie en salles le 23 février 2011.

Après l’Oscarisé Slumdog Millionnaire, Danny Boyle nous offre cette-fois-ci un film concept basé essentiellement sur la performance d’un seul acteur et sur le talent de sa réalisation, bien entendu. Si le film nous fait penser à Burried du fait qu’il y ait un seul acteur dans le film, quoiqu’il y en ait un peu plus dans 127 heures, la comparaison s’arrête là car le film de Danny Boyle est beaucoup plus réaliste et intense.
James Franco incarne à merveille ce jeune aventurier un peu inconscient, un peu immature et irresponsable qui va être confronté à lui-même et qui va devoir aller chercher au plus profond de lui, la persévérance et le courage indispensable à sa survie afin de sortir d’une situation quasi désespérée et sans issue.

Basé sur l’histoire vraie et le roman racontant lui-même l’épreuve et la mésaventure qu’a vécu Aron Ralston « Plus fort qu’un roc », 127 heures vous prendra aux tripes.

Le film débute tranquillement et nous fait voir de très belles images à travers les magnifiques paysages du parc national de Canyonlands dans l’Utah mais sombre rapidement dans un décor moins rêveur puisque le personnage d’Aron va être coincé entre deux falaises, un rocher sur son bras droit l’empêchant de se dégager…Le défi reste alors de captiver le spectateur pendant plus d’une heure à suivre les pensées, agissements, hallucinations d’Aron qui va passer par plusieurs états, de la panique à la colère mais aussi dérision, folie et ce pendant près de 5 jours…La performance de James Franco y est pour beaucoup et ce n’est pas anodin s’il est nominé en tant que meilleur acteur pour les Oscars 2011. Il vous tiendra en haleine et vous ne ferez plus qu’un avec lui, tant toutes les émotions qu’il éprouve semblent réelles. Ce jeune homme plus solitaire que jamais, va nous embarquer dans ses pensées et se raccrocher à ses propres références, une pub pour un soda lorsqu’il meurt de soif par exemple mis en images sous la forme d’un clip comme sait si bien le faire Danny Boyle. Aron va  surtout s’accrocher en pensant à son entourage, ses parents, sa soeur, son ex, son collègue de travail, c’est aussi grâce à ses proches qu’il va tirer la force de vaincre sa peur et tenter l’inimaginable pour se sortir de son piège.

Bref une vraie expérience de cinéma ! Etre en compagnie d’un homme pendant plus d’une heure coincé dans les entrailles de la terre (l’enfer ?) avec au dessus de lui le ciel (le paradis ?), 127 heures est un vrai survivor film qui, arrivé au dénouement si réaliste pourra, attention âmes sensibles, vous provoquer un malaise comme j’ai pu le voir dans la salle où j’étais…Cela rejoint d’ailleurs la promo US pour le film avec leur « I kept my eyes opened for 127 hours » qui prend tout son sens… Et si vous n’êtes toujours pas convaincu de cette vraie leçon de cinéma je vous laisse en compagnie de la grand-mère de James Franco elle -même qui nous explique LA raison pour laquelle il faut aller voir le film de son petit-fils…

Christmas Greetings From the Franco’s from James Franco

Critique Film – Mortal Engines de Christian Rivers avec Hera Hilmar, Hugo Weaving, Robert Sheehan
Critique Film – Pupille de Jeanne Herry avec Elodie Bouchez, Sandrine Kiberlain, Gilles Lelouche
Critique Film – Les Veuves de Steve McQueen avec Viola Davis, Michelle Rodriguez, Elizabeth Debicki
Sortie Vidéo – Hérédité de Ari Aster avec Toni Collette, Gabriel Byrne, Alex Wolff
Critique Film – Le Grand Bain de Gilles Lellouche avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde
Sortie Vidéo – La Nuit a dévoré le monde de Dominique Rocher avec Anders Danielsen Lie, Golshifteh Farahani, Denis Lavant

2 Comments

Leave a Comment.