Critique : 47 Ronin de Carl Erik Rinsch avec Keanu Reeves, Hiroyuki Sanada, Kô Shibasaki

47 RoninSynopsis : Un perfide seigneur de guerre ayant tué leur maître et banni leur tribu, 47 samouraïs errants jurent de se venger et de restaurer l’honneur de leurs compatriotes. Arrachés à leurs foyers et perdus aux quatre coins des terres connues, cette poignée de rebelles se voit contrainte de recourir à l’aide de Kai – un demi sang qu’ils avaient jadis renié – lors de leur combat à travers un univers violent, peuplé de monstres mythologiques, de métamorphoses maléfiques et d’effroyables dangers. Cet exil sera l’occasion pour cet esclave rejeté de se révéler leur arme la plus redoutable, et de devenir la figure héroïque qui donnera à cette troupe d’insoumis l’énergie de marquer à jamais l’éternité.En salles le 2 avril 2014. Vu en VOSTFR et en 3D

Keanu Reeves nous revient dans un film américain reprenant une grande légende japonaise, celle de 47 ronin, adaptée de nombreuses fois au cinéma, qui vont venger leur maître. Il va les aider, lui jadis plutôt rejeté et renié car « à moitié » japonais. Démarrant dans un combat nerveux avec une énorme bête maléfique, le film pâtit de manière générale d’un montage et de coupes un peu brutale.
Pourtant, les décors, l’exotisme et le fantastique créent une alchimie envoûtante et l’on se plaît à suivre cette histoire malgré toute linéaire. Déjà en vidéo outre-atlantique et ayant fait un flop au cinéma, 47 Ronin reste un bon divertissement même s’il subit un manque de rythme et de crédibilité niveau émotions et histoire d’amour.

Keanu Reeves n’est pas vraiment expressif et le reste des acteurs japonais semblent un peu perdus. Pourtant l’ensemble se regarde bien, bénéficie d’effets spéciaux certes discutables, d’une 3D amusante même si le film ne renouvelle pas le genre avec ces habituels clichés. Dans le même style certes avec une réalisation à la Tarantino, j’avais préféré l’homme aux poings de fer, même si là aussi le héros manquait également de charisme.
En bref, 47 Ronin ne restera pas dans les esprits mais vous fera passer un agréable moment si vous aimez le Japon féodal un peu américanisé et peu regardant sur une réalisation bancale. Un film inégal mais très divertissant.

Critique Film – La Reine des Neiges 2 avec les voix avec Emmylou Homs, Charlotte Hervieux, Dany Boon
Critique Film – J’accuse avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Emmanuelle Seigner
Critique Film – Le Mans 66 (Ford v Ferrari) de James Mangold avec Matt Damon, Christian Bale
Critique Film – Hors Normes de Eric Toledano, Olivier Nakache avec Vincent Cassel, Reda Kateb
Critique Film – Terminator : Dark Fate avec Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Mackenzie Davis
Livre – Stephen King à l’écran, une rétrospective des adaptions au cinéma et à la télé

No Comments

Leave a Comment.