Critique : La dame en noir de James Watkins avec Daniel Radcliffe

Synopsis : Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’une cliente récemment décédée. Dans l’impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars… Sortie en salles le 14 mars 2011. Vu en VOSTFR

Loin d’Harry Potter, Daniel Radcliffe revient dans une production de la Hammer, un film fantastique-horreur donc. A la fin du 19ème siècle, interprétant un jeune père veuf hanté par la mort de sa jeune femme décédée en couche, il va quitter son jeune fils le temps d’une semaine pour effectuer son travail de notaire afin de régler la succession d’un étrange manoir que l’on dit hanté par la dame en noir.

La dame en noir est inspiré d’un conte fantastique de Susan Hill dont le scénario a été très bien adapté par Jane Goldman, selon l’auteur.
Le point fort du film est vraiment l’atmosphère, l’ambiance, la photo et la réalisation. Il y a très peu de dialogues et si lors des premières minutes on a un peu de mal à oublier Harry Potter, on est immergé très vite dans un autre contexte, au regard de cette histoire sombre et tragique puisque des enfants trouvent la mort de manière inexplicable…
Bien que l’histoire soit très classique (maison hantée, fantômes, apparitions mystérieuses) vous serez surpris à sursauter plusieurs fois si bien que même si prévisibles, de nombreuses scènes deviendront éprouvantes car terriblement efficaces, niveau « Jump Scare ».

Daniel Radcliffe remplit très bien sa mission dans ce film sur le deuil et la mort, en jeune père triste perdu et torturé. A l’instar du titre du film, c’est une histoire limite glauque où les victimes sont principalement des enfants et où le dénouement semble finalement logique. En bref, un film d’épouvante classique et traditionnel, plutôt très efficace.

Sortie Vidéo – Otages à Entebbe de José Padilha avec Daniel Brühl, Rosamund Pike, Eddie Marsan
Sortie Vidéo – Dans la Brume de Daniel Roby avec Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin
Critique du film – Detective Dee, La Légende des Rois Célestes de Tsui Hark
Sortie video – Ghostland de Pascal Laugier avec Crystal Reed, Anastasia Phillips, Emilia Jones, Mylène Farmer
Critique Film – Une Pluie Sans Fin de Dong Yue, Grand Prix au Festival de Beaune 2018
Terminé – Concours – Gagnez des places pour aller voir Fleuve Noir au cinéma le 18 juillet !

3 Comments

  1. Je suis grave déçue à la fois par ta critique que par le film !
    Il est naaaaze ! Je l’ai également vu en VOSTFR et franchement j’ai limite perdu mon temps … Une pale copie de « L’Orphelinat » mélangé à « Dead Silence » !

    Film inutile et ridicule / La bande annonce nous vend du rêve, le film se paie notre tête !

    Reply
  2. Pas vraiment d’accord avec toi même si en effet c’est un film d’épouvante qui n’apporte rien de nouveau au genre…Cela reste une histoire de fantôme avec les « coups » classiques qui feront sursauter les plus sensibles…Certes, je peux comprendre que les aficionados de films d’horreur s’ennuient et soient déçus mais de là à dire qu’il est naze, c’est un peu fort, il a tout de même quelques bons points à commencer par son ambiance !

    Reply
  3. Pingback: La Dame en Noir, ou le sursaut posé. | Thierry Mallard

Leave a Comment.