Critique : Les mondes de Ralph (Wreck-It Ralph) de Rich Moore

Les mondes de RalphSynopsis : Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous…
Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous…
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros… Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ? Au cinéma le 5 décembre 2012. En 2D et 3D. Vu en VOSTFR en 2D.

Après Rebelle, Disney nous offre cette fois-ci son film d’animation pour Noël qui nous fait découvrir les coulisses des jeux vidéo et plus précisément du petit monde qui habite les bornes d’arcade. Calqué sur le modèle de Toy Story où l’on voyait avec plaisir les jouets prendre vie dès que les enfants étaient sortis, ici c’est dès que le lieu où la salle d’arcade ferme que les personnages des jeux vidéo continuent de s’animer et de se balader de jeu en jeu « en backstage », avec une séparation assez marquée entre les héros (souvent ceux que l’enfant/le joueur contrôle) et les méchants. Jusqu’à ce que Ralph le « bad guy » dont le rôle est de casser sans cesse le même immeuble en a assez d’être considéré comme le méchant du jeu (qui perd presque tout le temps !) et décide de démontrer à son entourage et surtout à lui même qu’il peut gagner et réussir. Cette quête va le mener à braver l’interdit, c’est à dire d’aller dans d’autres jeux video comme le FPS peuplé d’insectes robotiques du style Starship Troopers et de soldats suréquipés sévèrement « burnés » et de finir dans un Mario Kart « Like » au décor de bonbons-gâteaux et autres surcreries. Il fera la connaissance de Vaneloppe, une petite fille mise de côté car buggée…

Le film est parsemée de clins d’oeil sympathiques avec des personnages de jeux vidéo connus (Sonic, Street Fighter…) mais cela ne suffit pas. Si le doublage (V.O) de Ralph est très réussi, on a du mal à s’y attacher, idem pour la petite brune plutôt agaçante un peu trop sous acide, à mon goût. Les décors des différents mondes sont très réussis et la B.O est sympa, ouf pas de chanson à la Disney :-)…On sourit beaucoup et heureusement on est loin de s’ennuyer mais on ne gardera pas le duo Ralph/Vaneloppe (qui vous feront penser également au duo de Monstres et Cie) en mémoire.

En bref, un Disney sympa sans plus au scénario léger et au message confus (reste toi-même et ne rêve pas trop quand même mais va au bout de tes rêves…) qui plaira à la fois certes comme moi aux nostalgiques du retro-gaming par les références passées et actuelles mais aussi aux jeunes joueurs de plus de 8 ans (voire 6 pour les plus précoces niveau gaming). Amusant mais malheureusement, loin d’être à la hauteur de son (ses) prédécesseurs. Disney nous livre une film d’animation sympathique mais en deçà de ce qu’a déjà fait Pixar.

A noter, le court métrage d’animation très joli et drôle en noir et blanc (ou presque) intitulé Paperman, en animation « à l’ancienne ».

Sortie VOD – Les enquêtes du Département V : Dossier 64
Critique Film – Apprentis Parents de Sean Anders avec Mark Wahlberg, Rose Byrne, Octavia Spencer
Critique Film – Le Chant du Loup de Antonin Baudry avec François Civil, Reda Kateb, Matthieu Kassovitz, Omar Sy
Sortie Vidéo – Frères Ennemis de David Oelhoffen avec Matthias Schoenaerts, Reda Kateb, Sabrina Ouazani
Critique Film – Alita : Battle Angel de Robert Rodriguez avec Rosa Salazar, Christoph Waltz
Sortie Vidéo – Burning de Lee Chang Dong avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo

No Comments

Leave a Comment.