Critique : l’ivresse de l’argent de Im Sang-soo avec Kim Kang-woo, Yun-Shik Baek, Yun Yeo-Jung

L'ivresse de l'argent Synopsis : Youngjak est le secrétaire de Madame Baek, dirigeante d’un puissant empire industriel coréen. Il est chargé de s’occuper des affaires privées de cette famille à la morale douteuse. Pris dans une spirale de domination et de secrets, perdu entre ses principes et la possibilité de gravir rapidement les échelons vers une vie plus confortable, Youngjak devra choisir son camp, afin de survivre dans cet univers où argent, sexe et pouvoir sont rois… En salles le 23 janvier 2013. Interdit aux moins de 12 ans Vu en VOSTFR

J’apprécie plutôt le cinéma coréen même si je ne le connais pas encore bien, mais les films les plus récents, notamment de Park Chan-wook (Old boy, Lady vengeance) ou encore Hong-jin Na (The Chaser…), Blood Island de Jang Cheol-soo, sont souvent très noirs, ironiques voire violents et se révèlent finalement prenants et efficaces.
J’ai donc découvert « L’ivresse de l’argent » de Im Sang-Soo (réalisateur connu pour son remake de La servante, The Housemaid, que je n’ai pas vu) nominé 8 fois au dernier festival de Cannes. Débutant sur un scénario digne d’un soap dans une ambiance glaciale, principalement au sein d’une immense demeure luxueuse où se croisent les membres d’une famille, l’une des plus riches de Corée du sud, à la tête d’une montagne d’argent pas vraiment gagné légalement. Tout ce petit monde évolue et ne semble pas beaucoup communiquer, sous les yeux des serveuses et notamment d’un jeune et beau serviteur qui semblent subir et obéir aux ordres…Petit à petit cet empire va imploser suite au ras-le-bol du père et président de leur entreprise, qui vit en plus une double vie avec une des serveuses immigrées.. Sa femme va alors mettre en place un plan diabolique mêlant Youngjak, l’homme de main.

Le film présente des longueurs mais les acteurs ainsi que la réalisation sont très bons, notamment la mise en valeur de l’immensité de la maison à l’intérieur épuré ne laissant transparaître aucune émotion; où pourtant paradoxalement tout le monde bouillonne intérieurement…Ce qui m’a finalement tenu en haleine devant ce spectacle tendu aux événement parfois prévisibles, mais qui reste une critique acerbe de la société coréenne (pas uniquement coréenne d’ailleurs) où la majorité des personnes sont obsédés par l’argent leur donnant le pouvoir absolu, pourrissant les relations humaines à outrance…Entre coups bas et humiliation, une note d’espoir se fait pourtant sentir sur une triste fin. L’ivresse de l’argent laisse un goût amer dans la bouche mais reste finalement un thriller assez Shakespearien, de bonne facture $$$$…

Critique Film – Ne Coupez Pas ! de Shin’ichirô Ueda
Rattrapage Vidéo – Casse-Noisette et les quatre royaumes
Critique Film – Simetierre avec Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow
Rattrapage Vidéo – Amanda de Mikhaël Hers avec Vincent Lacoste, Isaure Multrier, Stacy Martin
Prochainement – Donnybrook de Tim Sutton avec Jamie Bell, Frank Grillo, Margaret Quallet
Critique Film – Le Parc des Merveilles avec les voix de Marc Lavoine, Frederic Longbois, Odah