Critique du film Wonder de Stephen Chbosky avec Jacob Tremblay, Owen Nilson, Julia Roberts

Wonder 5 ans après Le Monde de Charlie adapté de son propre livre young adult où l’on suivait Charlie un ado un peu différent des autres, le réalisateur Stephen Chbosky reprend un peu le même schéma avec Wonder. Egalement adapté d’un livre éponyme cette fois écrit par R.J Palacio, l’on suit un petit garçon de 10 ans né avec une malformation du visage. Après avoir subi plusieurs opérations et malgré la chirurgie esthétique il garde des séquelles et un visage disgracieux. Il va pour la première fois rentrer à l’école. Jusqu’à présent c’est en effet sa mère (Julia Roberts) qui faisait office d’institutrice à la maison. Il va devoir se débarrasser son casque d’astronaute qu’il a l’habitude de porter lorsqu’il sort dehors. Commence alors une véritable aventure humaine pour Auggie mais aussi pour ses proches et son nouvel entourage.

Wonder est avant tout un drame familial mais contre toute attente avec un côté « comédie ». Le film est assez bien équilibré, il ne tombe pas dans le patho et possède quelques moments d’humour qui vont feront au minimum sourire.

Si parfois il y a quelques scènes un peu clichées, trop de bons sentiments à la fois et un petit manque de rythme, Wonder ne tombe jamais dans le film « guimauve », dégoulinant voire « Cheesy ». Auggie est touchant et drôle interprété magistralement par Jacob Tremblay, il est assez bien entouré avec comme parents Julia Roberts et Owen Wilson.

Je n’ai pas lu le livre, mais le film est organisé en chapitres avec le point de vue de l’entourage de Auggie. Sans être répétitif on retrouve leur regrets, leurs joies, ce qui est aussi touchant. Par exemple avec sa soeur aînée disant justement que son petit frère est tel un soleil où tout gravite autour de lui, elle qui aimerait bien avoir également des moments uniques avec ses parents.

Au final Wonder est un joli film sur l’amitié, la famille, la tolérance, la bienveillance, un petit feel good movie qui devrait être montré à tout le monde bien sûr mais en priorité aux pré-ados et ados. Un film familial avec des adultes et enfants qui tentent d’être bons, qui essaient d’agir de la meilleure manière qui soit, de corriger leurs erreurs, de réussir dans leur vie, d’atteindre leurs petits succès. Quelques moments de bonheur à voir entre deux blockbusters pour clore cette fin d’année avec le smile !

Wonder sort au cinéma le 20 décembre 2017. Vu en VOSTFR

Critique Film – 1917 de Sam Mendes avec George MacKay, Dean-Charles Chapman
Sortie Blu- Ray – Roubaix une lumière d’ Arnaud Desplechin avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier, Antoine Reinartz
Critique Film – L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang avec Awkwafina, Tzi Ma, X Mayo
Cinéma : Top Films 2019
Noël chez Warner, quelques idées cadeaux #showroomwb
Avis Vidéo –  Skin de Guy Nattiv avec Jamie Bell, Vera Farminga, Bill Camp

1 Comment

Leave a Comment.