Critique Film – Ad Astra de James Gray avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones

Ad Astra Ad Astra est le 7ème long-métrage de James Gray, un réalisateur que j’apprécie beaucoup de part ses précédents films souvent policiers avec notamment Little Odessa, The Yards, La nuit nous appartient et dernièrement The Lost City of Z. Ce dernier parlait d’exploration, de croire en ses rêves, d’obsession aussi et de famille. C’est dans cette continuité que s’inscrit Ad Astra cette fois-ci non pas en pleine forêt amazonienne au début du XXème siècle mais dans un futur proche. L’astronaute Roy McBride s’aventure aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et en même temps tente de résoudre un mystère qui menace la survie de la Terre.

Encore plus près des étoiles…

A la lecture du pitch on penserait à un Nième blockbuster où le super astronaute va sauver son père et la Terre en même temps…Détrompez-vous ! S’il n’est pas dénué d’effets spéciaux avec notamment cette scène d’ouverture qui nous donne le vertige, je n’ose imaginer le rendu en IMAX, Ad Astra est avant tout un film intimiste qui se focalise sur la psychologie de son héros habité par une tristesse et mélancolie latentes. Il est d’ailleurs très justement incarné par Brad Pitt qui crève l’écran et qui démontre qu’il est un grand acteur avec déjà sa prestation dans le dernier film de Tarantino : Once upon a time…In Hollywood. Il sera probablement l’un des favoris pour les prochains Oscars.

Le film est assez réaliste, il ne donne clairement pas envie d’être à la place de ces astronautes qui explorent l’univers en faisant escale sur différents astres, risquant leur vie en permanence. A contrario il offre quelques scènes un peu invraisemblables notamment vers la fin lorsque Brad Pitt se déplace avec un bouclier de fortune…Je n’en dirai pas plus.
Mais oubliez ces quelques détails, James Gray réussit clairement son pari en s’attaquant à ce genre de films et apporte clairement sa pierre à l’édifice des films de space opera à l’image d’autres très bonnes scènes d’action et aussi à la vue de certains plans.
Si l’on pense à certaines références comme 2001 l’Odyssée de l’espace, Interstellar et probablement The First Man, Ad Astra arrive à se différencier grandement de part son héros acharné au travail, en quête d’un père absent, de savoir qui il est, et même par son noble travail, en quête de trouver sa place dans l’immensité de l’univers.

Ad Astra en reste un beau film de Science-Fiction intimiste focalisé sur la psychologie et les émotions d’un héros explorateur dépressif en quête de son père et du bonheur…Le voyage en tant que spectateur vaut largement le détour !

Ad Astra sort au cinéma le 18 septembre 2019. Vu en VOSTFR. Projection suivie d’une session Q/A avec le réalisateur James Gray qui est aussi drôle que la majorité de ces films respire une certaine tristesse !

Sortie VOD – The Informer avec Joel Kinnaman, Rosamund Pike, Clive Owen
Critique Film – Radioactive de Marjane Satrapi avec Rosemund Pike, San Riley
Critique Film – Une Sirène à Paris de Mathias Malzieu avec Nicolas Duvauchelle, Marilyn Lima
Critique Film – Vivarium de  Lorcan Finnegan avec Jesse Eisenberg, Imogen Poots
Critique Film – 1917 de Sam Mendes avec George MacKay, Dean-Charles Chapman
Sortie Blu- Ray – Roubaix une lumière d’ Arnaud Desplechin avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier, Antoine Reinartz

No Comments

Leave a Comment.