Critique Film – Joker de Todd Philips avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro

Joker Plutôt habitué aux comédies avec la série des Very Bad Trip, Date Limite, War Dogs, Todd Philips se penche ici sur l’origine du Joker, super-vilain et ennemi juré de Batman.

Joker nous raconte la descente aux enfers d’un simple homme qui rêve de faire des ones man show, Arthur Fleck (Joaquin Phoenix). Celui-ci a un trouble neurologique et se voit de plus en plus méprisé et bafoué par une société déjà au bord de l’implosion; ici la ville de Gotham City, aux débuts des années 80.

Oubliez les films de super-héros bourrés d’effets spéciaux, ici c’est une sorte de retour aux sources pour cette origin story. Sans cacher ses influences, Joker nous fait penser directement au cinéma « à l’ancienne » notamment celui de Scorsese avec la valse des pantins et Taxi Driver et c’est loin de nous gêner au contraire.

Put on a Happy Face

Joaquin Phoenix qui ne cesse de nous éblouir film après film avec dernièrement A Beautiful Day, est comme souvent totalement habité par ce rôle et livre une performance inoubliable avec notamment des crises de rire incontrôlables lorsque son personnage est bousculé sur le plan émotionnel. Accessoirement il a perdu 25 kilos, il fait corps avec celui qui va devenir un tueur psychotique et dont la folie va monter crescendo. Qu’ils soit maquillé ou non, il est souvent méconnaissable. Si la concurrence va être rude aux Oscars, je ne vois pas comment il ne pourrait pas obtenir la statuette. Il arrive totalement à nous faire oublier les autres excellentes interprétation faites par Jack Nicholson et le regretté Heath Ledger.

Joker

Certes le film repose sur l’acteur mais pas seulement. La photographie est magnifique et la BO à base de violoncelle et percussions renforce la chaos qui envahit l’esprit d’Arthur Fleck autant que Gotham City où les habitant portant des masques de clown envahissent peu à peu la ville déjà en perdition.

Pour le scénario, les références à Batman sont assez fines et plutôt bien amenées même si prévisibles pour les connaisseurs, mais ce n’est pas le principal intérêt du film.

A travers cette transformation brutale et triste, on va prendre connaissance du quotidien du personnage avec ses petits boulots et sa mère dont il s’occupe tous les soirs à la maison avec laquelle il regarde le talk show de Murray Franklin où il rêve d’y participer en tant que comique. Petit à petit sa folie va l’envahir, lui qui était totalement invisible, il va non seulement apprendre d’où il vient mais au fur et à mesure que sa folie prend le dessus, il va être le centre d’intérêt et provoquer indirectement une révolution dans la rue.

Joker

En bref, Joker est à la fois un film cynique, noir et dérangeant car il est surtout hypnotisant, que dire de ces scènes de danse magnifiques que nous livre Joaquin Phoenix où le Joker se libère et se révèle ! Mais attention jamais Todd Philips n’en fait un héros, cela reste un malade, un fou et un tueur violent qui n’a aucun regret. Joker c’est également et surtout une critique de la société actuelle où je vous laissera le soin de faire des parallèles avec des personnes existant réellement dans la politique et les médias…Toute ressemblance ne semble justement pas fortuite.

Joker reste un film majeur, un film qui nous secoue et nous laisse une marque indélébile tel le maquillage de clown qu’Arthur Fleck arbore désormais pour le pire de Gotham City. Joker entre directement dans mon Top 10 de cette année !

Joker sort au cinéma le 9 Octobre 2019. Vu en VOSTFR.

Livre – Stephen King à l’écran, une rétrospective des adaptions au cinéma et à la télé
Critique Film – Maléfique, Le pouvoir du mal avec Angelina Jolie, Elle Fanning
Concours Terminé –  Gagnez des DVD du film Mon meilleur ami
Critique Film – Ad Astra de James Gray avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones
Concours Terminé – Gagnez des DVD du film Les Etendues Imaginaires
Sortie Vidéo – El Reino de Rodrigo Sorogoyen avec Antonio de la Torre

No Comments

Leave a Comment.