Critique : Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée avec Matthew McConaughey, Jared Leto, Jennifer Garner

Dallas Buyers ClubSynopsis : 1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie. En salles le 29 janvier 2014. Vu en VOSTFR.

Se basant sur une histoire vraie, Dallas Buyers Club a mis pas mal de temps avant de voir le jour, passant entre différentes mains , acteurs producteurs pour finalement être en partie financé par son interprète principale : Matthew McConaughey…Qui livre là, l’une de ses meilleures performances dans le rôle de ce cow-boy, un peu sur la touche, ancienne star du rodéo, électricien, qui noie ses weekends, entre sexe drogue et alcool. Nous sommes dans les années 80, au fin fond du Texas, et Ron Woodroof apprend soudainement qu’il est atteint du HIV, maladie encore peu connue, ou plutôt « réservé » aux gays; personnes qu’il déteste…Condamné à vivre à peine 1 mois par le docteur qui l’examine, il se procure de l’AZT clandestinement, médicament qui est en train d’être testé sur les sidéens; mais qui ne semblent pas faire régresser la maladie, bien au contraire
Refusant de baisser les bras, il s’intéresse de plus en plus au sujet, refusant de mourir prématurément, se mettant à dos ses potes homophobes et les médecins de l’hôpital local, sensés s’occuper de lui. Il va donc se rendre à l’étranger et se procurer des médicaments non homologués, considérés comme de la drogue aux Etats-Unis et amorcer un combat contre l’industrie pharmaceutique. En véritable homme d’affaires hors-la-loi, il va alors créer un club avec un gay séro-positif (joué par un Jared Lareto transformé avec ses 20 kilos de moins) où les malades du SIDA peuvent souscrire un abonnement et bénéficier de ce traitement beaucoup plus efficace que l’AZT…Of course tout cela illégalement.

Bien que l’histoire semble invraisemblable elle est véridique, Dallas Buyers Club est un film poignant, prenant et est clairement porté par ses acteurs. Matthew McConaughey avec sa vingtaine de kilos de moins, habitant totalement son rôle et Jared Lareto du même acabit, physiquement amoindri, la peau sur les os, en travesti homosexuel. D’un personnage rude et peu attachant on s’intéresse à son combat, à ce courage et à sa solidarité, à cet homme qui changea le futur dans le traitement concernant le SIDA et qui sauva donc de nombreuses vies, ou du moins les prolongea. D’autant plus que si le film présente des moments d’une grande émotion, jamais il ne tombe dans le patho.
En bref, Dallas Buyers Club est un film parfait pour les Oscars, sujet sensible, histoire vraie, acteurs ayant donné de leur physique et livrant une performance de haut niveau, il y est d’ailleurs nommé 6 fois, sans oublier qu’il a déjà reçu 6 prix, dont à deux reprises pour les 2 acteurs.
Une belle histoire humaine où des hommes se battent avec le peu de moyens dont ils disposent face au système pour rester en vie, chapeau !

Critique Film – Désigné Coupable de Kevin McDonald avec Tahar Rahim, Jodie Foster, Shailene Woodley
Sortie Vidéo – Shadow in the cloud de Roseanne Liang avec Chloë Grace Moretz
Critique Film – La Loi de Téhéran de Saeed Roustayi avec  Payman Maadi, Navid Mohammadzadeh
Critique Film – Teddy de frères  Boukherma Avec Anthony Bajon, Christine Gautier
Critique Film –  Sans un bruit 2 de John Krasinski avec Emily Blunt, Cillian Murphy
Critique Film – La Nuée de Just Philipot avec Suliane Brahim, Sofian Khammes, Marie Narbonne

No Comments

Leave a Comment.