Critique du film : Florence Foster Jenkins de Stephen Frears avec Meryl Streep, Hugh Grant

Florence Foster JenkinsAprès The Queen, Philomena, Stephen Frears revient à nouveau avec une histoire focalisée sur une femme d’un certain âge. Ici c’est un biopic puisqu’il retrace une partie de la vie de Florence Foster Jenkins héritière d’un banquier qui n’a qu’une passion l’opéra. Elle rêve d’ailleurs de devenir cantatrice et se produire en public à Carnegie Hall. Seul problème et pas des moindres c’est qu’elle n’a pas du tout les qualités pour le devenir, elle chante tout simplement faux. Son mari plus jeune qu’elle, acteur déchu lui sert d’impresario et prend bien soin d’entretenir autour d’elle une sorte de faux succès en prenant bien soin de payer grassement les critiques, le public,etc.

Dans le rôle de cette femme assez excentrique et passionnée Meryl Streep, en plus d’être comédienne c’est aussi une véritable chanteuse qui a dû prendre des cours ou du moins s’entraîner dur à chanter faux. Elle est parfaite dans ce rôle face à Hugh Grant en mari à la fois plein d’affection pour sa femme qui l’entretient et qui lui permet de vivre également une deuxième vie amoureuse. Celui-ci livre certainement une de ses meilleures performances de comédien. Face à ce couple, un troisième acteur Simon Helberg (connu pour avoir jouer notamment dans la série The Big Bang Theory) parfait dans son rôle de pianiste au physique élastique pleins de mimiques qui joue le jeu quant à celle qui l’emploie pour l’accompagner sur ses chansons.

Le film prend place un peu avant la fin de la seconde guerre mondiale à New-York, dans des décors magnifiquement reconstitués (tout comme les costumes), Florence Foster Jenkins est un biopic (et pas le premier puisque Catherine Frot l’avait déjà interprétée dans Marguerite, que je n’ai pas vu) qui est à la fois drôle et touchant, qui parle également beaucoup d’amour et notamment des différents types d’amour et de la complexité du couple. Le réalisateur, les comédiens font que l’on passe au début du film de la moquerie simple et gratuite à de la bienveillance et du respect envers cette femme qui a donné sa vie pour la musique.

Assez drôle frôlant parfois le vaudeville Florence Foster Jenkins est un joli feel-good movie de ce début d’été.

Florence Foster Jenkins sort au cinéma le 13 juillet 2016. Vu en VOSFR. Projection suivie d’une session Q/A avec Stephen Frears.

Critique Film – 1917 de Sam Mendes avec George MacKay, Dean-Charles Chapman
Sortie Blu- Ray – Roubaix une lumière d’ Arnaud Desplechin avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier, Antoine Reinartz
Critique Film – L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang avec Awkwafina, Tzi Ma, X Mayo
Cinéma : Top Films 2019
Noël chez Warner, quelques idées cadeaux #showroomwb
Avis Vidéo –  Skin de Guy Nattiv avec Jamie Bell, Vera Farminga, Bill Camp

No Comments

Leave a Comment.