Avis DVD : High-Rise de Ben Wheatley avec Tom Hiddleston, Jeremy Irons, Sienna Miller

High-riseAprès Crash (que j’avais détesté…), High-Rise est la seconde adaptation de la trilogie (béton) de l’auteur britannique J.G Ballard, que je n’ai pas lu.
Tout comme le faisait Crash avec les voitures, ici c’est l’architecture des habitations qui influencent la société et les relations entre les gens à travers un très haut building où les étages reflètent les différentes classes sociales. En bas, les classes moyennes et au dernier les riches soit-disant l’élite avec le créateur de cette demeure qui s’auto-suffit jusqu’au petit grain de sable qui enraye la machine…

High-Rise est assez intriguant notamment dans la première heure où chaque personnage est présenté au fil des étages ainsi que leur moeurs et leurs relations le tout rythmé par une musique envoûtante de Clint Mansell qui accentue l’atmosphère anxiogène où le malaise se fait souvent sentir. Car il est bien question de cela, High-Rise est provocateur, dénonciateur à travers un humour noir. Le chaos s’installe entre les étages, les hommes renouant avec leurs besoins les plus primaires, se nourrir, avoir des relations sexuels…La tour luxueuse part à la déchéance mais on continue tranquillement de faire la fête de boire et se droguer.
Le film est sur ce point assez répétitif, un peu trop foutraque parfois bien que la réalisation apporte une touche poétique si l’on puit dire dans ce bordel où la majorité des personnages pètent un câble. On retrouve un casting de haut vol et c’est bien la plus grande force du film entre Tom Hiddlestone (Thor), Jeremy Irons qu’on ne présente plus, Sienna Miller (American Sniper) Luke Evans (Le hobbit), James Purefoy (vu dans les séries Rome et The Following) qui sont à fond dans leurs rôles pour certaines presque schizophrènes.

High Rise est film rétro futuriste dystopique, il nous fait penser à ces films des années 70 souvent provocateur pour dénoncer les déboires et dérives de notre société. On pense notamment à Orange Mécanique qui n’a pas seulement inspiré l’affiche du film, Frissons de Cronenberg également. Plus récent et autre film de science-fiction, Snow Piercer qui se passe dans un train mais où il est également question de lutte des classes au fil des wagons…

Pour ma part, même si High-rise ne m’a pas ultra passionnée ou touchée, je me suis même un peu ennuyée mais je reconnais qu’il ne laisse pas indifférent, assez provocateur, violent et percutant il vaut le coup d’oeil à la fois pour sa réalisation, ses acteurs et son sujet qui reste au final toujours actuel.

High-Rise est disponible en vidéo depuis le 24 Août. Le DVD contient des bonus intéressants concernant l’auteur J.G Ballard.

Sortie Vidéo : Gaspard va au Mariage de Antony Cordier avec Felix Moati, Laetitia Dosch,
Nu La Nouvelle série OCS Signature dès le 7 juin sur OCS Max et en intégralité sur OCS Go
Critique Film  – The Cakemaker de Ofir Raul Graizer avec Tim Kalkhof, Sarah Adler, Zohar Shtrauss
Sortie Vidéo : 24h Limit avec Ethan Hawke, Paul Anderson (XVIII), Rutger Hauer
Critique Film – Mutafukaz de Shojirou Nishimi, Guillaume « Run » Renard avec Orelsan, Gringe
Critique Film – No Dormirás de Gustavo Hernandez avec Eva de Dominici, Belén Rueda, Natalia de Molina

1 Comment

  1. En fait c’est un film qui s’apprécie pendant la sieste… si vous arrivez à rester éveillé, vous serez rapidement perdu dans ce bordel qui n’a ni queue ni tête… Bon courage à ceux qui vont le regarder.

    Reply

Leave a Comment.

La planètes des singes : Suprématie