Critique du film Arès de Jean-Patrick Benes avec Ola Rapace, Micha Lescot, Thierry Hancisse

ArèsAvec plus de 10 millions de chômeurs pour la plupart dormant dans la rue, où l’Etat a laissé place au pouvoir des multi-nationales, la France est devenu un des pays les plus pauvres au monde. Alors que la majorité des quartiers de Paris sont devenus de grands bidonvilles pollués par l’air mais aussi par des écrans omniprésents même sur la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe, la majorité du peuple se trouve un intérêt commun en pariant sur des combats de Free Fight où tous les coups sont permis. Les combattants sont de véritables panneaux publicitaires pour l’industrie pharmaceutique puisque le dopage est autorisé, sans parler que le corps humain est devenu une véritable marchandise, pour ceux qui n’ont pas peur de tester de nouveaux produits avec une contrepartie financière.
Reda (Ola Rapace), ancien combattant solitaire surnommé « Arès » vivotant de petits boulots pour la police, a raccroché suite à un AVC probablement provoqué par des produits dopants. Il va devoir reprendre du service pour libérer sa soeur injustement emprisonnée, tout en s’occupant de ses nièces.

Réalisé par Jean-Patrick Benes (également scénariste de la série Kaboul kitchen et du film Vilaine), Arès nous plonge dans un Paris post-apocalyptique en offrant une vision de notre futur (malheureusement) assez réaliste socialement. Le film ne cache pas ses nombreuses références SF, pour le côté crasseux il m’a fait notamment penser au Fils de l’homme, pour le personnage principal imposant physiquement et parlant peu, j’ai notamment pensé à Mad Max et à Léon. Le film est également assez noir mais certains dialogues présentent quelques pointes d’humour sarcastiques assez bienvenues. Ce n’est pas qu’un film d’actions avec des combats bourrins et saignants mais bel et bien un thriller SF prenant où l’on ne s’ennuie pas une seconde.

Là où le bât blesse un peu c’est dans les moyens mais heureusement cela n’entache pas l’intérêt que l’on peut avoir pour le film. Quand on sait qu’Hollywood a 25 fois plus de budget (au minimum) pour sortir des films du même genre on voit bien que l’équipe du film a dû faire certaines concessions. Notamment via une utilisation limitée des effets spéciaux et un scénario parfois simplifié; on aurait en effet aimé en savoir plus sur certains personnages. Malgré tout, Arès reste intéressant avec son discours alarmiste et révolutionnaire, ses différents twists pas tous prévisibles et ses personnages secondaires entre le voisin transexuel bienveillant et les nièces du personnage principal.

Enfin une dystopie qui n’est pas que réservée aux pré-ados (le film est interdit aux moins de 12 ans) ou aux mecs ! Arès est un film SF français que j’ai bien apprécié, qui possède plein de qualités malgré ses faiblesses et qui au passage dénonce les dérives de notre société occidentale actuelle. Pour tout cela on a envie de l’encourager et vous inciter à aller le voir surtout si vous êtes friands de films SF réalistes et de bastons !

N’hésitez pas à visiter le site d’infos, des news en direct de l’année 2035 http://info34.info/ !

Arès sort au cinéma le 23 novembre 2016. Projection suivie d’une session questions / réponses avec le réalisateur et producteur.

Pour en savoir plus sur Arès, le dossier de presse du film

Critique Film – Le Chant du Loup de Antonin Baudry avec François Civil, Reda Kateb, Matthieu Kassovitz, Omar Sy
Sortie Vidéo – Frères Ennemis de David Oelhoffen avec Matthias Schoenaerts, Reda Kateb, Sabrina Ouazani
Critique Film – Alita : Battle Angel de Robert Rodriguez avec Rosa Salazar, Christoph Waltz
Sortie Vidéo – Burning de Lee Chang Dong avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo
Critique : Arctic de Joe Penna avec Mads Mikkelsen
Critique : L’Amour Debout de Michaël Dacheux avec Paul Delbreil, Adèle Csech, Samuel Fasse

No Comments

Leave a Comment.