Critique : La couleur des sentiments – The Help de Tate Taylor

The HelpSynopsis : Dans la petite ville de Jackson, Mississippi, durant les années 60, trois femmes que tout devait opposer vont nouer une incroyable amitié. Elles sont liées par un projet secret qui les met toutes en danger, l’écriture d’un livre qui remet en cause les conventions sociales les plus sensibles de leur époque. De cette alliance improbable va naître une solidarité extraordinaire. À travers leur engagement, chacune va trouver le courage de bouleverser l’ordre établi, et d’affronter tous les habitants de la ville qui refusent le vent du changement…Sortie en salles le 26 octobre 2011. Vu en VOSTFR

Si vous suivez un peu les succès littéraires outre-atlantique et même maintenant en France, vous saurez que la couleur des sentiments (The help en VO) est une adaptation du roman de Katheryn Stockett du même nom (que je n’ai pas lu, mais offert…).
L’esclavage, le racisme, la ségrégation n’est pas quelque chose de nouveau au cinéma et a été de nombreuses fois traitée. C’est donc avec The help (les bonnes en VF) que Disney produit ce film sur ces mêmes thèmes. Nous sommes dans les années 60, l’esclavagisme a été aboli uniquement sur le papier mais pas encore dans les moeurs et les esprits. Nous sommes en pleine explosion industrielle et nous assistons à la vie de tous les jours de Desperate Housewives qui ne sont pas vraiment désespérées (mais plutôt désespérantes), dont l’unique but est d’avoir une maison bien tenue, des enfants et des occupations caritatives si possible, se réunissant souvent entre voisines de même classe sociale.
Heureusement (sic), dans leur rôle de femmes au foyer, elles ont la chance d’avoir recours à des bonnes qui vont tout faire à leur place, d’élever leurs enfants, cuisiner, en passant par toutes les tâches ménagères…Bref dédier leur vie à chaque famille « blanche » bien sous tout rapport mais surtout en n’oubliant pas d’éviter de se mélanger et en respectant les règles telles que : manger seule, ne pas utiliser les mêmes WC que la famille, être payée une misère et avoir uniquement un jour de repos…Et surtout se taire et ne pas broncher.

On s’attache rapidement à ces femmes noires, véritables secondes mamans pour les bébés « blancs », pleines de bon sentiments, complices et drôles entre elles, pourtant rabaissées le plus souvent mais non dénuées d’humour, se moquant de leurs patronnes et de leurs attitudes « en coulisses », faisant ressortir la bêtise (pour rester polie) de leur employeurs.

Entre musique adaptée, costumes et décors reflétant merveilleusement les années 60 dans l’état du Mississipi, La couleur des sentiments est un film classique américain dont je ne serais pas étonnée qu’il écope de quelques nominations aux Oscars, notamment pour les performances des actrices noires comme Viola Davis.
Le film n’apporte rien de nouveau au genre, est (peut-être encore) un mea culpa de la part des Etats-Unis mais est vraiment plaisant malgré parfois un manque de rythme et des moments très émouvants un peu longuet, histoire de bien vider vos poches lacrymales (préparez vos mouchoirs mesdames).
Heureusement que des moments d’humour et de (gentilles) vengeances viennent ponctuer cette belle histoire de révolte raciale légitime et qui est avant tout une grande amitié féminine. Un très bon film d’époque à la réalisation classique et sur un sujet encore d’actualité.

Ah au fait pour les fans de True Blood, je vous laisse deviner le petit rôle de notre cher « Lafayette »…

Livre – Stephen King à l’écran, une rétrospective des adaptions au cinéma et à la télé
Critique Film – Maléfique, Le pouvoir du mal avec Angelina Jolie, Elle Fanning
Critique Film – Joker de Todd Philips avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro
Concours Terminé –  Gagnez des DVD du film Mon meilleur ami
Critique Film – Ad Astra de James Gray avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones
Concours Terminé – Gagnez des DVD du film Les Etendues Imaginaires

No Comments

Leave a Comment.