Critique : Le Hobbit, un voyage inattendu de Peter Jackson avec Ian McKellen, Martin Freeman, Richard Armitage

Le Hobbit Synopsis : Dans UN VOYAGE INATTENDU, Bilbon Sacquet cherche à reprendre le Royaume perdu des Nains d’Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug. Alors qu’il croise par hasard la route du magicien Gandalf le Gris, Bilbon rejoint une bande de 13 nains dont le chef n’est autre que le légendaire guerrier Thorin Écu-de-Chêne. Leur périple les conduit au cœur du Pays Sauvage, où ils devront affronter des Gobelins, des Orques, des Ouargues meurtriers, des Araignées géantes, des Métamorphes et des Sorciers…
Bien qu’ils se destinent à mettre le cap sur l’Est et les terres désertiques du Mont Solitaire, ils doivent d’abord échapper aux tunnels des Gobelins, où Bilbon rencontre la créature qui changera à jamais le cours de sa vie : Gollum.
C’est là qu’avec Gollum, sur les rives d’un lac souterrain, le modeste Bilbon Sacquet non seulement se surprend à faire preuve d’un courage et d’une intelligence inattendus, mais parvient à mettre la main sur le « précieux » anneau de Gollum qui recèle des pouvoirs cachés… Ce simple anneau d’or est lié au sort de la Terre du Milieu, sans que Bilbon s’en doute encore… En salles le 12 décembre 2012 en 3D, 3D IMAX et 3D HFR. Vu en 3D et VOSTFR

Et voilà 9 ans plus tard après le retour du roi et après pas mal de rebondissements (d’abord proposé à San Raimi puis à Guillermo del toro), Peter Jackson revient aux commandes d’un autre livre de Tolkien : le Hobbit (que je n’ai pas lu), en premier lieu destiné aux enfants contrairement à la trilogie du Seigneur des Anneaux. Et là encore, alors que le livre n’a pas plusieurs tomes, il propose 3 films, dont le premier dure près de 3 heures…Marketing mon ami…Mais bon quoi qu’il en soit, si l’on a aimé la trilogie Le seigneur des anneaux, on ne pouvait que se réjouir de ce retour dans la terre du milieu…Tout débutant à Cul-de-sac dans la maison de Bilbo « jeune », oncle de Frodon.
A l’instar de Star Wars, nous voilà dans une trilogie préquelle, certes avec moins d’avancées technologiques (notamment niveau CGI) par rapport à la communauté de l’anneau, les deux tours ou le retour du roi.
Le premier sentiment que l’on a c’est que finalement on est en terre connue, avec toutes les sortes de créatures fantastiques presque toutes déjà vues dans la première trilogie : des orcs (avec tout de même un nouveau chef), des gobelins, des nains, des hobbits, des magiciens (Gandalf qui est très présent, Saroumane…), des elfes mais aussi quelques nouvelles têtes dans ce bestiaire fantastique : des aigles, des gouargues, des géants de pierre, des trolls…Et surtout des nains.

Après une première partie un peu trop longue, notamment avec l’arrivée des 13 nains chez Bilbo…13 nains dont on ne retiendra finalement que leur chef Thorin Ecu-de-Chêne, le plus charismatique, 3, 4 autres se démarqueront légèrement mais sans plus. Gandalf sera très présent et majeur dans ce voyage non prévu pour Bilbo, interprété justement par l’acteur britannique Martin Freeman. L’humour n’est pas vraiment au rendez-vous même si l’histoire est plus légère et moins noire que le seigneur des anneaux, les réactions des personnages sont plutôt enfantines et visera donc un plus large public, car pas besoin d’avoir vu la trilogie.
En effet, le scénario reste très simple, Bilbo se joint sur le conseil de Gandalf, à ce groupe de nains afin qu’ils récupèrent leur royaume gorgé d’or où Smaug le dragon a élu domicile après l’avoir pas mal réduit en cendres, tout en sachant qu’une force obscure se fait également sentir, appelé « le nécromancien »…On les suit donc à travers les contrées de la Nouvelle-Zélande « déjà vues » et ils croiseront donc de nombreuses espèces pas vraiment accueillantes ou se feront poursuivre de manière acharnée par certaines d’entre elles…La dernière heure du film est plutôt très intense, on en prend plein les yeux, un peu trop avec les lunettes 3D sur le nez pendant 2h45, qui certes remplit son rôle mais pas vraiment indispensable avec les mêmes défauts d’obscurité ou de flous (à voir dans d’autres conditions, salles ? ou en 3D HFR 48 images/sec)…Certaines scènes sont mémorables et super bien réalisées, notamment celles avec les gobelins ou bien encore les géants de pierre. On retrouve Gollum en face à face avec Bilbo, si la scène est mémorable de part la performance de l’hobbit schizo, je l’ai trouvé un peu longue surtout lorsque l’on connaît l’histoire de l’anneau, mais oui elle était indispensable pour tout fan qui se respecte; et pour tenir le rôle de préquelle.

En résumé, Le Hobbit, un voyage inattendu est un très bon film d’aventures Heroic-Fantasy, certes qui n’apporte pas grand chose de nouveau dans le style surtout par rapport au Seigneur des anneaux. Il dispose certainement de 30 minutes de trop, les décors, la majorité du bestiaire est connu, mais malgré tout, si l’on aime le genre (comme moi !), c’est un voyage à faire en cette fin d’année…Aussi, après l’avoir vu, on ne veut qu’une chose, voir la suite, car le cliffhanger final laisse présager du meilleur ! Quel précieeeeuuuuux plaisir d’attendre à nouveau 1 an et de trépigner tel un nain affamé !

Critique Film : Creed 2 de  Steven Caple Jr. avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson
Top Ciné 2018 ou les films que j’ai préférés
Critique Film – Miraï, Ma Petite Soeur de Mamoru Hosoda
Sortie Vidéo – Papillon de Michael Noer avec Charlie Hunnam, Rami Malek, Eve Hewson
Critique Film – Mortal Engines de Christian Rivers avec Hera Hilmar, Hugo Weaving, Robert Sheehan
Critique Film – Pupille de Jeanne Herry avec Elodie Bouchez, Sandrine Kiberlain, Gilles Lelouche

2 Comments

  1. Ça résume très bien ce que l’on en ressent, Sandrine et moi, après l’avoir vu tout à l’heure (en 3D également). Pour ma part le 48 images/seconde pas ressenti, mais j’imagine qu’il faut des salles dédiées.

    Reply

Leave a Comment.