Critique : Lost River de Ryan Gosling avec Christina Hendricks, Saoirse Ronan, Iain De Caestecker

Lost River Présenté au festival de Cannes 2014 dans la catégorie « Un certain regard » Lost River n’avait pas reçu beaucoup d’éloges…Depuis le comédien Ryan Gosling qui passe donc la première fois derrière la caméra présente son film après en avoir revu le montage. C’est donc cette version que j’ai découverte. Lost River raconte l’histoire d’une famille survivant dans une ville quasi à l’abandon pour ne pas dire fantôme, en essayant de sauver ce qu’il lui reste. Il y a donc Billy (Christina Hendricks) mère célibataire d’un jeune homme prénommé Bones et de son petit frère d’à peine 3 ans. Celle-ci ayant 3 mois de loyer de retard et voulant rester dans sa maison avec avec ses fils va suivre le conseil de son banquier qui lui propose un job particulier…Pendant que son aîné tente de récupérer du cuivre dans les maisons délabrées afin de le revendre en tentant d’échapper à la terreur locale complètement barrée « Bully » et son ciseau…Sa jeune voisine vivant avec son rat et « prenant soin » de sa grand-mère semble connaître le secret de cette rivière proche…L’on croise également ce taxi bienveillant et sympathique interprété par Reda Kateb.
Dans une ambiance assez anxiogène à la musique omniprésente (parfois plaisante…), l’ensemble est à la fois beau et macabre…Malheureusement même si des plans, scènes sont magnifiques alors que le décor se délabre sous nos yeux, l’ensemble est plutôt soporifique, les personnages peu attachants et l’histoire trop superficielle…Quelle dommage que l’idée, le secret de la Lost River n’ait pas été plus exploité en profondeur justement.

Lost River

Le film est parfois saignant (attention aux âmes sensibles) souvent malsain, vous le découvrirez notamment via ce job de nuit qu’accepte de faire la mère ou encore ce que réserve Bully, le malade psychopathe à l’image de ceux que l’on peut trouver dans Mad Max. Beaucoup trop contemplatif à mon goût, le film à vraisemblablement des qualités artistiques, les acteurs sont plutôt crédibles et justes mais malgré tout cela Lost River n’a pas suscité un total intérêt de ma part…Je me suis ennuyée si ce n’est occupée à reconnaître les références (ou hommages) à des réalisateurs comme Terrence Malick, Nicolas Winding Refn (Drive, Only God Forgives), Cianfrance (The Place Beyond The Pines)…
En bref le cauchemar éveillé qu’est Lost river ne m’a pas convaincue. Parfois époustouflée par la photographie ou la mise en scène, je ne me suis malheureusement pas passionnée pour cette histoire.

Lost River est au cinéma depuis le 8 avril 2015. La Projection a été suivie par une Masterclass en compagnie de Ryan Gosling et Reda Kateb, où le réalisateur et l’acteur ont pu nous donner des explications complémentaires comme le choix de la ville de Détroit, ville qui a largement subit la crise aux US, les familles qui y survivent et qui tentent de s’accrocher au peu qu’il leur reste, les références des films des années 80 du type Goonies, d’Amblin Entertainment pour Ryan Gosling, etc. Plus d’infos ci-dessous dans la vidéo de la session questions – réponses.

MasterClass « Blogueurs » Ryan Gosling Reda Kateb pour Lost River

Bande-Annonce de Lost River

Critique Film – J’accuse avec Jean Dujardin, Louis Garrel, Emmanuelle Seigner
Critique Film – Le Mans 66 (Ford v Ferrari) de James Mangold avec Matt Damon, Christian Bale
Avis Vidéo – Série The Purge Saison 1 disponible en Blu-ray et DVD
Critique Film – Hors Normes de Eric Toledano, Olivier Nakache avec Vincent Cassel, Reda Kateb
Critique Film – Terminator : Dark Fate avec Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Mackenzie Davis
Livre – Stephen King à l’écran, une rétrospective des adaptions au cinéma et à la télé

2 Comments

  1. Moi j’ai beaucoup aimé ! Et la bande-son aussi ! C’est vrai qu’on pense très souvent au travail d’autres réalisateurs (David Lynch aussi !) mais vu que ce sont des références qui me plaisent, ça a plutôt pris pour moi. Le côté angoissant/malsain était vraiment réussi je trouve. Pas d’ennui de mon côté, mais je regrette comme toi que le « secret » n’ait pas été plus exploité…

    Reply
  2. Pour être sincère, j’avoue que j’avais peur de ce que j’allais découvrir en optant pour ce film. Au final, je suis sorti très satisfait du cinéma.

    Reply

Leave a Comment.